mercredi , 21 novembre 2018
Home / A La Une / Sénégal: groupe de presse attaqué par disciples d’un marabout: 3 blessés

Sénégal: groupe de presse attaqué par disciples d’un marabout: 3 blessés

walfadjri.jpgDAKAR (AFP) –Une vingtaine de talibés (disciples de marabouts) ont attaqué vendredi à coups de barres de fer, gourdins et pierres le siège du groupe de presse privé Walfadjri, faisant au moins trois blessés et des dégâts matériels, a-t-on appris auprès de l’organe de presse.

Les talibés d’un influent marabout « sont venus à 14H30 (locales et GMT) », a raconté à l’AFP le directeur de publication du quotidien Walfadjri, Abdourahmane Camara.

« Ils se sont attaqué au service commercial, aux deux premiers étages du bâtiment, ont saccagé nos locaux et blessé un gardien et deux vigiles », a-t-il ajouté.

D’après le directeur de publication du quotidien, « cette attaque fait suite à la parution vendredi en première page d’un article critique vis-à-vis du marabout ».

Selon le responsable, « les populations riveraines sont sorties dans la rue pour s’opposer aux jeunes (talibés) » et des forces de l’ordre ont été dépêchées dans l’après-midi au siège de Walfadjri et au domicile du directeur du groupe.

Peu après l’incident, plusieurs hommes politiques sénégalais, syndicalistes et journalistes se sont rendus sur les lieux « pour exprimer leur soutien », a indiqué M. Camara, citant notamment l’ex-Premier ministre Macky Sall, le directeur de la radio privée Sud FM Babacar Touré.

Dans un communiqué, le Syndicat des professionnels de l’information et de la communication du Sénégal (Synpics) a exprimé « sa profonde indignation et sa vive préoccupation devant cette attaque sauvage et totalement injustifiée ».

Il demande « aux autorités de faire toute la lumière sur cette agression intolérable dans un Etat de droit » et « espère surtout que cette agression ne restera pas impunie et qu’elle sera la dernière d’une série de violations de la liberté de la presse et d’expression au Sénégal ».

Dans la soirée, trois organisations de défense des droits de l’Homme à Dakar ont condamné cette attaque.

L’organisation nationale des Droits de l’Homme (Ondh) « invite le procureur de la République à ouvrir sans délai une procédure judiciaire afin que les coupables soient identifiés et condamnés conformément aux dispositions du code pénal sénégalais ».

Pour sa part, la Rencontre africaine des Droits de l’Homme (Raddho) exprime sa « profonde inquiétude » concernant « la récurrence des attaques, des intimidations et du harcèlement juridique dont les journalistes font l’objet » au Sénégal.

La Raddho condamne les « actes barbares et sauvages qu’aucune religion et qu’aucune confrérie ne saurait tolérer ».

La branche sénégalaise d’Amnesty International dénonce pour sa part « des actions de nature à instaurer un climat d’insécurité et de terreur dans le pays ».

Elle « attire l’attention des autorités sur les risques que constituent l’émergence d’organisations et de forces privées de sécurité. Ces structures ne peuvent et ne doivent d’aucune manière se substituer aux forces de police ».

[ratings]

About Rédaction

Check Also

Des jihadistes peuvent gagner l’Europe sans se cacher parmi les migrants

(AFP- 24/05/15)-L’extrême droite agite le spectre de jihadistes s’infiltrant dans les embarcations de fortune chargées …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.