jeudi , 18 octobre 2018
Home / A La Une / Unesco: à la veille du vote, Hosni nie une nouvelle fois être antisémite

Unesco: à la veille du vote, Hosni nie une nouvelle fois être antisémite

farouk hosni_1.jpgPARIS (AFP) –Le candidat égyptien au poste de directeur général de l’Unesco, Farouk Hosni, a nié une nouvelle fois être antisémite, répondant à des accusations d’intellectuels et d’organisations juives, dans un entretien mercredi à la chaîne France 24.

« La preuve (en est) que j’ai assisté il y a quelques mois à la cérémonie (en mémoire) de la Shoah et que j’ai donné un discours » à cette occasion au siège de l’Unesco, a déclaré M. Hosni, interrogé à la veille du premier tour d’une désignation pour laquelle il est considéré comme le favori.

« J’ai restauré toutes les synagogues (en Egypte). Si j’étais antisémite, pourquoi ? », a ajouté M. Hosni, ministre de la Culture depuis plus de vingt ans dans son pays, s’exprimant en français.

Le Centre Simon Wiesenthal — organisation juive contre l’antisémitisme — a recensé les déclarations et actes antisémites qu’il impute à M. Hosni.

Il l’accuse aussi d’avoir présenté l’Holocauste, lors de la cérémonie cet été à l’Unesco comme « une transgression contre les musulmans et contre l’Islam » et d’avoir invité le négationniste français Roger Garaudy au Caire.

« Ce n’est pas moi personnellement qui ai accueilli Roger Garaudy, c’est le ministère de la Culture, qui compte plusieurs services », a déclaré M. Hosni, dans un entretien séparé en arabe à France 24.

« Ce n’est pas parce que Roger Garaudy a été invité en Egypte qu’elle devient une source d’antisémitisme ou que son ministre de la Culture est antisémite », a-t-il ajouté.

Concernant sa déclaration de mai 2008 au Parlement égyptien, dans laquelle il s’était engagé à « brûler » les livres israéliens, M. Hosni a maintenu que cette phrase avait été « arrachée de son contexte ».

Selon lui, interpellé par un député qui lui reprochait de tolérer la présence de « livres israéliens qui insultent l’islam » dans les bibliothèques égyptiennes, il aurait répondu « s’il y a des livres qui insultent l’islam, apportez-les moi, je les brûle ».

Cette phrase a été « propagée dans le monde entier et tout le monde l’a crue », a-t-il regretté.

« Le malheur est qu’il y a de grands penseurs, des écrivains, même philosophes qui croient à ça, et qui parlent comme des gens dans la rue qui (disent) n’importe quoi », a-t-il encore déclaré.

Le Prix Nobel de la Paix Elie Wiesel, le philosophe Bernard-Henri Lévy et le cinéaste et écrivain Claude Lanzmann, avaient accusé en mai M. Hosni d’avoir multiplié les déclarations « nauséabondes », en évoquant notamment en 2001 dans un journal égyptien « l’infiltration des juifs dans les médias internationaux ».

Interrogé sur cette phrase, M. Hosni n’a pas répondu, affirmant simplement avoir le soutien de « quelques comités juifs » qui « savent la vérité ».

Il a souligné que les Israéliens, qui ont indiqué ne rien vouloir entreprendre contre sa désignation, avaient « arrêté leur campagne officielle par leurs ambassades dans le monde entier » après un accord politique avec le président Hosni Moubarak.

Selon lui, les Etats-Unis se sont déclarés également « neutres » dans cette désignation, mais le nouvel ambassadeur américain à l’Unesco, David Killion, a fait « campagne » contre sa candidature, motivé par son « sentiment personnel ».

Le Centre Wiesenthal reproche à M. Hosni d’avoir assuré récemment que le diplomate était « hostile à sa candidature parce que +juif+ ».

[ratings]

About Rédaction

Check Also

Des jihadistes peuvent gagner l’Europe sans se cacher parmi les migrants

(AFP- 24/05/15)-L’extrême droite agite le spectre de jihadistes s’infiltrant dans les embarcations de fortune chargées …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.