vendredi , 21 septembre 2018
Home / Revue de presse / Les musulmans de Suisse ont besoin de vrais imams

Les musulmans de Suisse ont besoin de vrais imams

minaret_suisse_2.jpg(Le Matin. Suisse)- A Fribourg, un imam a été dénoncé pour avoir appelé Dieu à venger les ennemis de l’islam. De telles invocations seraient fréquentes en Suisse. Mais les autorités restent aveugles et impuissantes. Alors que l’on connaîtra le résultat du vote sur les minarets cet après-midi, la question de la formation des prédicateurs peut enfin être abordée.

Cet après-midi, on connaîtra les résultats de l’initiative «contre la construction de minarets» en Suisse. «Enfin, on pourra passer aux vraies questions», s’impatiente Ulrich Rudolf, directeur de l’Institut d’études orientales de l’Université de Zurich. Jusqu’où ce pays est-il prêt à accepter la liberté religieuse des musulmans? Quelles en sont les éventuelles limites? Et comment faire en sorte que celles-ci soient respectées? Ces questions se posent dans les écoles, les hôpitaux, sur les lieux de travail.

Le professeur Rudolf, qui a dirigé une étude sur la formation des imams et des enseignants en religion islamique exerçant en Suisse, est convaincu du rôle-clé que ces derniers ont à jouer. Quant aux musulmans, ils ont bien plus besoin de vrais imams que de minarets.

Pour les quelque 180 lieux de prière de Suisse en effet, il n’y a que 80 à 85 imams professionnels. Les autres sont des bénévoles, dont la formation théologique et religieuse n’est pas toujours très aboutie, quand elle ne laisse pas franchement à désirer. Bien souvent, faute de moyens, les fidèles se tournent vers celui d’entre eux qui sait le mieux lire le Coran. A lui de diriger la prière.

«Et durant le mois du ramadan, explique Andreas Tunger-Zanetti, du Centre de recherches sur les religions de l’Université de Lucerne, il y a les imams itinérants qui viennent, avec de simples visas de touriste.» Une opération souvent financièrement intéressante pour eux. Lorsque, fin 2002, l’imam turc a quitté le centre de prière de la rue de l’Industrie à Fribourg, Mohamed Fethi Salah s’est rapidement imposé. Le Libyen, réfugié en Suisse depuis novembre 1997, a suivi une formation de cinq ans dans son pays d’origine et, en plus, il accepte de travailler bénévolement. Une aubaine au vu de la pénurie d’imams en Suisse.

Soutenir les frères combattants

Seulement voilà, le ton des prêches a quelque peu changé. Grâce à l’intervention d’un journaliste de La Liberté, qui a enregistré l’un d’eux, il a été établi que l’imam, dans ses prières, a invoqué des versets de la sourate de l’aube, dans laquelle il est demandé à Dieu «d’abattre le fouet de son châtiment» sur «les injustes qui commettent des exactions sur terre et y épandent la corruption sans mesure». Il a également incité les fidèles «à soutenir les frères combattants en Tchétchénie, en Afghanistan, en Irak et en Palestine».

«De telles invocations sont contre-productives et inappropriées», se désole Hafid Ouardiri, ex-porte-parole de la mosquée de Genève. Il essaie plutôt de convaincre les imams d’introduire dans leurs invocations le fait de protéger la Suisse et de prier pour sa prospérité, son équilibre ou sa paix.

Selon lui, le cas fribourgeois serait toutefois loin d’être isolé, et lui-même a déjà entendu des prières similaires à Genève. «Ces invocations sont des automatismes, appris dans les écoles coraniques», explique-t-il avant de replacer les choses dans leur contexte historique. Elles ont été inventées pour les cas où les musulmans se trouvaient dans des situations terribles. En dernier recours, on demande alors à Dieu de venger les musulmans opprimés.

«Dans le contexte suisse», cela ne fait aucun sens, ajoute l’imam de Lugano Samir Jelassi Radouan. Lui-même ne fait jamais d’invocation de ce genre. Il «condamne» toutefois tout autant le fait que l’affaire a été instrumentalisée par l’UDC. «C’est aux musulmans de régler ce problème, pas aux politiques», conclut Hafid Ouardiri.

Entendu il y a quinze jours par le juge d’instruction Jean-Luc Mooser suite à une plainte de celle-ci, l’imam de Fribourg a bénéficié d’un non-lieu. Ses propos ne sont pas répréhensibles pénalement, selon le juge. Le canton de Berne, où réside Mohamed Fethi Salah depuis mars 2008, n’a pas demandé d’information au parquet de Fribourg. Reste que, si le malaise est réel, comme le laisse transparaître Jean-Luc Mooser, les autorités demeurent impuissantes.

Plus facile de former que d’interdire

Difficile en effet d’interdire à un imam de prêcher en Suisse, du moins quand il a un permis de séjour. L’un des rares précédents a eu lieu en juillet 2002. Le canton du Valais avait refusé un permis de travail à un imam macédonien de 29 ans que le Centre islamique de Sion avait recruté. Motif: il avait étudié à l’Université islamique de Médine, en Arabie saoudite, d’inspiration wahhabite.

Selon Stéphane Lathion, fondateur du Groupe de recherche sur l’islam en Suisse (GRIS), «90% des imams à problèmes en Europe ont été formés en Arabie saoudite, mais cela ne veut pas dire que tous ceux qui ont fait leurs études là-bas en poseront».

Aujourd’hui, poursuit le chercheur, «il n’y a pas de poches de radicalisme en Suisse». C’est aussi ce que relevait le dernier rapport des services de renseignements intérieurs sur les mosquées. Il n’est pas non plus certain que les propos reprochés à l’imam de Fribourg soient une preuve de radicalisme. «C’est plutôt une preuve d’incompréhension du contexte helvétique et du choix des mots.»

Voilà pourquoi il se bat depuis des années pour une formation civique et professionnelle des cadres associatifs musulmans. Mais celle-ci demeure peu suivie.

Le Matin (Suisse): 28/11/2009

About Rédaction

Check Also

Dérives

Par Hmida BEN ROMDHANE (La Presse. Tunisie) Un professeur qui, au lieu de donner son …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.