samedi , 23 juin 2018
Home / Revue de presse / Les Musulmans américains : l’inattendue intégration

Les Musulmans américains : l’inattendue intégration

p-boniface.jpgPar: Pascal Boniface

Le Pew Research Center, présidé par Madeleine Albright, vient de réaliser la première étude évaluant le poids démographique, le degré d’intégration politique, économique et social et l’attitude générale des Musulmans américains. Ces derniers sont estimés à 2,35 millions de personnes, soit 0,6% de la population américaine. C’est un faible poids démographique. Les résultats de cette enquête, absolument passionnante, vont à l’encontre de nombreuses idées reçues.

Tout d’abord, les Musulmans américains adhèrent massivement aux valeurs de la société américaine comme la réussite par le travail et font preuve d’un attachement très fort à la citoyenneté américaine. Ils n’ont donc pas de problème d’intégration. Cela s’explique sans doute parce que, contrairement à la situation des Musulmans en Europe, le niveau de vie moyen des Musulmans américains est comparable à la moyenne nationale. Les disparités économiques sont fortes en Europe de l’Ouest, continent où les Musulmans sont plus souvent déclassés économiquement et socialement.

Rien de cela aux Etats-Unis : 26% des Musulmans ont de hauts revenus, 39% appartiennent à la classe moyenne et 35% ont des revenus faibles. Ce qui donne une répartition quasi-identique à celle de la population nationale. En terme de scolarité et d’accès aux meilleures universités, là encore il n’y a pas de différenciation entre Musulmans et non-musulmans aux Etats-Unis. 71% des Musulmans croient en l’ascenseur social américain, soit sept points de plus que la moyenne de leurs compatriotes. Cette comparaison, qui n’est pas à l’avantage de l’Europe, montre bien que les difficultés de l’intégration des Musulmans dans le Monde occidental ne sont pas religieuses, ethniques ou culturelles, mais bel et bien sociales et économiques. Aux discriminations constituées en Europe correspondent des problèmes d’intégration. L’absence de discriminations aux Etats-Unis explique une intégration réussie.

Néanmoins, 53% des Musulmans américains estiment qu’il est plus difficile de l’être depuis les attentats du 11 Septembre. 43% des personnes interrogées estiment que les Musulmans venant aux Etats-Unis doivent adopter les coutumes américaines, contre seulement 26% qui affirment nécessaire de rester distincts. Mais 63% pensent qu’il n’y a aucune incompatibilité entre la pratique de la religion et la vie dans une société moderne. En politique étrangère la minorité musulmane ne se distingue pas non plus de la majorité.

La guerre contre le terrorisme est jugée par 75% d’entre eux comme n’étant pas un effort sincère destiné à lutter contre le terrorisme international. Les guerres en Afghanistan et en Irak sont désapprouvées par une large majorité des sondés, mais là encore on peut dire qu’il n’y a pas de différentiation avec la majorité des autres Américains qui ont depuis longtemps perdu leurs illusions sur le bien fondé de ces expéditions militaires. Les Musulmans américains sont inquiets face à la montée de l’extrémisme islamiste, pour 61% d’entre eux (78% pour les autres Américains). Ils estiment à 78% que les attaques suicides ne sont jamais justifiables, seuls 8% estimant qu’elles peuvent parfois l’être.

Al Qaïda rencontre l’hostilité de 68% des Musulmans américains et seulement 5% d’opinion favorable. Il faut noter cependant une certaine radicalisation dans la catégorie la plus jeune – les moins de 21 ans – plus encline à justifier les attaques suicides ou les actions d’Al Qaïda. A propos du conflit israélo-palestinien, 61% estiment que les droits et besoins des Palestiniens peuvent être reconnus sans que cela remette en cause le droit à l’existence d’Israël. On est frappé une fois encore par l’équivalence avec la moyenne de leurs compatriotes, ils sont 67% de la population américaine aadhérer à cette proposition. La solution de deux Etats coexistant en paix est donc largement majoritaire. Seuls 16% des Musulmans américains estiment que les droits des Palestiniens ne seront pas pris en compte tant qu’Israël existera.

Par comparaison, les opinions au Moyen-Orient estiment à une écrasante majorité, 70 à 90%, qu’il y a incompatibilité entre l’existence de l’Etat d’Israël et l’application des droits des Palestiniens.

Cette étude conforte l’idée de l’attractivité de cette société aux yeux d’une grande partie du monde extérieur, y compris musulman. Ce qui est frappant, c’est que les autres enquêtes, tout aussi remarquables du Pew Research Center montrent à l’inverse un niveau d’impopularité record des Etats-Unis car si la société américaine est attractive, la politique extérieure faite d’unilatéralisme, de « deux poids, deux mesures » et même d’agressivité fait peur et provoque l’hostilité. On voit quel pourrait être le leadership américain sur les affaires mondiales si les Etats-Unis avaient une politique étrangère plus modérée et plus équilibrée.

Réalités Online, le 31 mai 2007

About Rédaction

Check Also

Dérives

Par Hmida BEN ROMDHANE (La Presse. Tunisie) Un professeur qui, au lieu de donner son …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.