samedi , 16 décembre 2017
Home / A La Une / Les institutions juives vent debout contre l’appel d’intellectuels juifs

Les institutions juives vent debout contre l’appel d’intellectuels juifs

PARIS (AFP) -Des institutions et organisations juives de France, dont le Crif, se sont vivement élevées vendredi contre l' »appel à la raison » pour une paix au Proche-Orient lancé par des personnalités juives européennes qui se démarquent du gouvernement israélien.

Le texte, qui provoque des remous important dans la communauté juive française – la plus importante d’Europe-, va être officiellement présenté lundi à Bruxelles par le J Call (« European jewish call for reason »). Il a été notamment été signé par l’écrivain Bernard-Henri Levy et le philosophe Alain Finkielkraut, par ailleurs ardents défenseurs d’Israël.

Parmi les points sensibles, le texte qualifie « l’occupation et la poursuite ininterrompue des implantations en Cisjordanie et dans les quartiers arabes de Jérusalem Est » de « faute morale » et demande aux Etat-unis et à l’Union européenne de faire pression sur Israël et sur les Palestiniens.

Président du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif), Richard Prasquier a jugé la pétition (2.795 signatures vendredi), de « dangereuse », lors d’un débat sur Radio J.

« Elle sera largement utilisée par ceux qui sont les véritables ennemis d’Israël », a-t-il prédit, estimant que les auteurs avaient commis « une grave erreur en faisant valoir cet appel ».

« C’est extrêmement grave car ce sont des personnalités prestigieuses », a-t-il estimé, en référence à BHL ou M. Finkielkraut, et reconnaissant que si le bureau exécutif du Crif dénonce à l’unanimité la pétition, des membres du Crif l’ont signée.

De son côté, Joël Mergui, président du Consistoire central, parle d’un texte « démesuré ».

« Choqué par le terme d’+appel à la raison+ alors qu’Israël est un état démocratique », M. Mergui s’est dit « surpris » de retrouver MM. Levy et Finkielkraut « dans cette pétition où l’on parle de faute morale ».

Le président du Fonds social juif unifié, Pierre Besnainou, a dit de son côté: « ce qui nous inquiète le plus est la division entre les Juifs » exposée « sur la place publique ».

Quant au vice-président de l’Union des patrons juifs de France (UPJF), Claude Barouch, il estime que l’appel « affaiblit Israël », s’étonnant qu' »aucune demande ne soit faite aux Palestiniens ».

« Si les auteurs n’étaient pas de doux rêveurs, ils demanderaient aux deux parties de se reconnaître dans leur identité », a-t-il dit, rappelant que le Hamas qui contrôle la bande de Gaza prône la destruction de l’Etat juif.

Les opposants au texte du J Call appellent à signer une contre pétition intitulée « Raison garder », qui comptabilisait près de 3.050 signatures vendredi.

About him

Check Also

Des jihadistes peuvent gagner l’Europe sans se cacher parmi les migrants

(AFP- 24/05/15)-L’extrême droite agite le spectre de jihadistes s’infiltrant dans les embarcations de fortune chargées …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.