vendredi , 15 décembre 2017
Home / Revue de presse / JAPON: Les musulmans de l’archipel sont en colère

JAPON: Les musulmans de l’archipel sont en colère

Courrier_International_1.jpgCourrier International/ Un coran déchiqueté en public par un inconnu a provoqué une vive protestation des musulmans installés dans le pays. Aujourd’hui, l’islam n’est plus une religion lointaine : il est grand temps d’établir un véritable dialogue culturel.

En 2000 et quelques. Le comité d’éducation de la ville de Tokyo est dans l’embarras : il ne parvient pas à décider s’il doit autoriser les lycéennes des établissements publics à porter le foulard islamique. Depuis que le gouvernement a accepté l’entrée de la main-d’oeuvre étrangère bon marché, quelques années auparavant, le nombre des ouvriers en provenance d’autres pays d’Asie et du Moyen-Orient a rapidement augmenté. De jeunes musulmanes issues de familles de résidents permanents ou nées d’un mariage mixte et ayant la nationalité japonaise ont réclamé aux autorités municipales chargées de l’enseignement secondaire le droit de porter le foulard au lycée… Voilà une fiction qui pourrait devenir réalité dans quelques années.
Pendant longtemps, l’islam est resté pour les Japonais une religion lointaine du Moyen-Orient. Or la profanation du Coran, survenue le mois dernier dans la préfecture de Toyama, a révélé combien, en l’espace de quelques années, cette situation a changé. [Le 21 mai, à Kosugi, un inconnu a jeté un coran dans les locaux d’un concessionnaire automobile après l’avoir déchiqueté. Le lendemain, plusieurs centaines de musulmans ont exprimé leur colère devant le commissariat de police en réclamant l’ouverture d’une enquête rapide. Trois jours plus tard, la communauté islamique a organisé un rassemblement à Tokyo.] La mondialisation accélère les migrations, et les musulmans d’origine asiatique sont désormais nombreux au Japon. L’incident de Toyama montre que des conflits liés à des préjugés causés par les différences de coutumes et de valeurs peuvent surgir à tout moment.
Aujourd’hui, la communauté islamique représente près d’un cinquième de la population mondiale. Les démographes prévoient que, dans une trentaine d’années, un habitant sur trois au monde sera musulman. Même au Japon, la civilisation musulmane commence à faire partie de la vie quotidienne. L’an dernier, la mosquée de la capitale s’est agrandie et dotée d’un nouveau minaret de 41 mètres.
Des repas à l’habillement, en passant par le mariage et les successions, la vie des musulmans est réglée par la religion. Bien qu’il faille protéger la liberté de culte, certaines de ces règles risquent d’être en contradiction avec l’idée de laïcité, en particulier dans l’éducation publique. Le scénario imaginé au début de l’article est d’ores et déjà une réalité en Europe. Les autorités françaises, par exemple, privilégiant le principe de la laïcité, ont interdit le port du foulard dans les écoles publiques. Le Japon doit approfondir sa réflexion sur les liens existant entre la religion et l’éducation nationale, et aussi sur sa conception de la laïcité, tout en apprenant à être plus tolérant vis-à-vis des éléments étrangers à sa culture. Si, sans s’être penchés sur ces questions, les Japonais se laissent surprendre par un nombre croissant de « voisins difficiles à comprendre », ils pourraient facilement verser dans la discrimination et la xénophobie. Rien ne prouve qu’un jour les écoles publiques ne rejetteront pas les enfants musulmans, et il y a de fortes chances qu’un incident comme celui de Toyama se reproduise.
DES INTELLECTUELS TENTENT DE TISSER DES LIENS AVEC L’ISLAM
Depuis le début de l’année, les problèmes en rapport avec l’islam dans lesquels étaient impliqués des Japonais et leurs entreprises se sont multipliés. [En janvier, la filiale indonésienne de la société agroalimentaire Ajinomoto a été accusée d’avoir utilisé un produit dérivé de la viande de porc dans la fabrication du glutamate de sodium ; en mars, l’Arabie Saoudite a interdit le dessin animé Pokémon, etc.] La destruction des statues de Bouddha par les talibans [en mars dernier] a provoqué un choc terrible parmi la communauté bouddhiste nippone, comme si elle relançait le débat sur la théorie de Samuel Huntington, professeur à Harvard, qui avait prédit une radicalisation du conflit entre les civilisations dans son livre Le Choc des civilisations [1998].
Le problème n’est pas le choc entre deux civilisations, bouddhique et islamique, par exemple, mais la tolérance vis-à-vis des autres religions, des autres cultures. Dans l’affaire Ajinomoto, l’ignorance des Japonais à propos des règles de l’islam a envenimé la situation. En ce qui concerne la destruction des statues du Bouddha, de nombreux pays musulmans ont été scandalisés. Si nous ne comprenons pas la diversité intrinsèque de cette religion, ni les problèmes de chaque tendance, nous aurons tôt fait de sombrer dans les préjugés et de considérer en bloc les musulmans comme un peuple « étrange et barbare ».
Aujourd’hui, la notion de conflit des civilisations est un grand sujet de préoccupation pour de nombreux pays musulmans désireux de profiter de la mondialisation économique. Les Nations unies ont désigné 2001 comme l’Année du dialogue entre les civilisations. Le fait que certaines nations islamiques se montrent intéressées par ce dialogue témoigne de cette inquiétude. En janvier dernier, lors de sa visite dans les pays du Golfe, Yohei Kono, alors ministre des Affaires étrangères du Japon, a insisté sur la nécessité de ce dialogue. Des intellectuels japonais, de leur côté, tentent de resserrer les liens avec l’islam.
Le monde musulman porte un grand intérêt au Japon car, tout en appartenant à une civilisation différente de celle de l’Occident, l’archipel a su donner un grand essor à son économie. Il faudrait que les deux communautés parviennent à se débarrasser de leurs préjugés mutuels et qu’elles trouvent des valeurs communes à travers le dialogue. Tous ces efforts, s’ils perdurent, devraient élargir les relations entre le Japon et le monde islamique par-delà la coopération économique et aboutir à une sérénité fondée sur une compréhension intellectuelle mutuelle.

Courrier International

About Rédaction

Check Also

Dérives

Par Hmida BEN ROMDHANE (La Presse. Tunisie) Un professeur qui, au lieu de donner son …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.