jeudi , 19 juillet 2018
Home / A La Une / France: polémique sur la présence de signes religieux dans des centres d’examen

France: polémique sur la présence de signes religieux dans des centres d’examen

PARIS 2010 (AFP) -Une polémique divise l’enseignement catholique et la fédération syndicale Unsa-Education sur la présence de signes religieux dans des centres d’examen du baccalauréat situés dans des locaux d’établissements privés, a-t-on appris vendredi auprès des intéressés.

Dans un communiqué publié par son site internet, la direction du diocèse de l’Enseignement catholique de Paris rappelle que « comme chaque année, les lycées catholiques de Paris qui ont été requis pour le bac 2010 réserveront le meilleur accueil aux candidats, surveillants et examinateurs, dans le respect de leurs opinions et de leur liberté de conscience ».

« Ce faisant, ils resteront des établissements scolaires catholiques, avec une histoire, une communauté éducative, un projet. Le nom de ces établissements ou un signe discret dans les salles le rappelle parfois, sans ostentation; leur dénier ce caractère n’y changerait rien », ajoute-t-il.

« Un candidat au bac est capable de l’abstraction nécessaire pour comprendre comment un signe renvoie à une réalité plus large qu’il signifie », selon le diocèse.

Le SNPDEN-Unsa, premier syndicat de chefs d’établissement de l’enseignement public, « s’étonne très vivement » de cette position. Il a demandé dans un communiqué que « les principes de laïcité et de neutralité » s’appliquent pendant les examens « quel que soit le statut de l’établissement ».

Le président de l’Unsa-Education, Patrick Gonthier, dans une lettre au ministre de l’Education, réclame « que dans les salles d’examen de ces établissements, les signes religieux soient retirés afin que soient garanties la neutralité et l’égalité attendues d’un centre d’examen ».

La FEEL (élèves et étudiants des établissements privés secondaires et universitaires, qui appartient au Mét’ [ex-Uni]) dit « déplorer les relents +laïcards+ d’une vision étriquée de l’éducation » et « demande que la présence discrète des crucifix soit maintenue dans les centres d’examen des établissements privés ».

En juin 2009, deux examinatrices à l’oral du baccalauréat de français s’étaient plaintes de la présence de croix dans des salles d’examen du lycée privé Saint-André de Choisy-le-Roi (Val-de-Marne). L’association familiale Ufal (Union des familles laïques) avait demandé que « cela ne se reproduise pas ».

About him

Check Also

Des jihadistes peuvent gagner l’Europe sans se cacher parmi les migrants

(AFP- 24/05/15)-L’extrême droite agite le spectre de jihadistes s’infiltrant dans les embarcations de fortune chargées …

One comment

  1. Perez Pierre

    Les héritiers de Tomàs de Torquemada , symbole de fanatisme religieux , sont présents et
    trés actifs sur la scéne publique . Ils profitent de la générosité , de la naïveté et du manque
    de mémoire des forces laîques de notre pays . Le cléricalisme pur et dur veille et comme
    disait un dictateur tristement célèbre  » Tout est attaché et bien attaché !… »
    Salutations Républicaines et Laïques . Pierre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.