mercredi , 15 août 2018
Home / A La Une / Espagne: premier pas vers l’interdiction des crucifix à l’école

Espagne: premier pas vers l’interdiction des crucifix à l’école

crucifix_1.jpgMADRID(AFP) –L’Espagne a fait un premier pas vers l’interdiction des crucifix à l’école avec l’approbation mercredi soir d’une initiative parlementaire demandant au gouvernement d’appliquer la jurisprudence de la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH).

Saisie par une mère de famille italienne, la CEDH qui siège à Strasbourg avait condamné début novembre l’Italie pour la présence de crucifix dans les salles de classe, jugée contraire au droit des parents à éduquer leurs enfants selon leurs convictions et au droit des enfants à la liberté de religion.

L’initiative espagnole, lancée par les députés du petit parti de gauche catalan ERC, a été approuvée en commission parlementaire, par 20 voix pour et 16 contre, avec le soutien des députés du Parti socialiste (PSOE) et des Galiciens du BNG. Le principal parti d’opposition, le Parti populaire (droite), a voté contre.

Les députés d’ERC avaient annoncé, le lendemain de la condamnation de l’Italie par la CEDH, leur intention de promouvoir cette initiative.

Le ministre de l’Education, Angel Gabilondo, a déclaré jeudi qu’il voyait « d’un bon oeil que l’on demande à faire une loi » qui respecte l’article 16 de la Constitution, assurant le caractère aconfessionnel de l’Etat espagnol.

Le président de la Conférence épiscopale, Antonio Maria Rouco Varela, a regretté quant à lui cette initiative, espérant qu’elle en reste « au stade de la commission » parlementaire.

Le retrait des crucifix reviendrait « à priver les familles et les enfants espagnols inscrits dans les écoles de l’Etat de pouvoir voir le signe le plus fondamental et caractéristique de leur foi, foi qui a configuré leur histoire personnelle, celle de leur famille et de leur peuple », a-t-il estimé.

Début novembre, les organisations regroupant les écoles privées espagnoles s’étaient insurgées contre la décision de la CEDH, « inadmissible et surprenante », estimant que « si quelque chose de la sorte devait se passer en Espagne, il faudrait manifester avec force ».

A l’inverse, l’association Espagne laïque avait estimé que la CEDH avait fait « honneur à son nom », demandant au gouvernement de José Luis Rodriguez Zapatero, en délicatesse avec l’Eglise catholique sur de nombreux sujets, de s’en inspirer.

En 2008, un tribunal de Valladolid, saisi par un parent d’élève, avait, pour la première fois en Espagne, ordonné à une école publique de « retirer les symboles religieux des salles de classe », en l’espèce des crucifix.

Malgré la constitution de 1978, les symboles catholiques restent très présents dans le pays, 30 ans après la dictature qui avait fait du catholicisme une religion d’Etat.

[ratings]

About Rédaction

Check Also

Des jihadistes peuvent gagner l’Europe sans se cacher parmi les migrants

(AFP- 24/05/15)-L’extrême droite agite le spectre de jihadistes s’infiltrant dans les embarcations de fortune chargées …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.