mardi , 17 juillet 2018
Home / Revue de presse / En Inde, le yoga est enfin soluble dans l’islam

En Inde, le yoga est enfin soluble dans l’islam

Yoga_1.jpgLe yoga est-il compatible avec la religion musulmane ? Après avoir été banni d’Indonésie et de Malaisie par de hauts responsables religieux, le yoga vient d’être autorisé en Inde, le deuxième plus grand pays musulman du monde, par l’école coranique du Darul Uloom Deoband.

« C’est une pratique bonne pour la santé, bénéfique à l’humanité tout entière », a déclaré, le 27 janvier, Maulana Ahmad Khazir Shah, le vice-chancelier du Darum Uloom Deoband. Maulana Abdul Hameed Nomani, le porte-parole d’une autre école coranique indienne, le Jamiat Ulama-i-Hind, a approuvé la décision, affirmant que « des exercices similaires au yoga sont présents dans les rites soufis ».

Apparu il y a cinq mille ans en Inde, bien avant que Madonna ne le rende célèbre, le yoga a longtemps été accompagné de chants religieux hindous, notamment le fameux mantra « Om ». Le conseil national de la fatwa, principale institution musulmane en Malaise, en a donc conclu que la pratique allait « affaiblir la foi ».

Mais le yoga peut se passer de l’hindouisme, assurent les gourous indiens. « Réciter « Om » ne sert qu’à concentrer l’esprit sur un seul élément », estime Swami Ramdev, un maître très respecté en Inde. « Si les mots, supposés être chantés pendant les exercices, ont une connotation religieuse, explique Maulana Ahmad Khazir Shah, alors les musulmans n’ont pas besoin de les murmurer. Ils peuvent réciter à la place des versets du Coran, prier Allah, ou rester silencieux. »

Le yoga est bon pour le corps et l’esprit. L’armée indienne l’utilise pour diminuer le nombre de suicides parmi ses soldats postés dans des zones de tension tel le Cachemire. Un district du Madhya Pradesh, infesté par le grand banditisme, a même décidé de former au yoga ses policiers de toutes confessions afin qu’ils puissent garder la ligne et évacuer le stress.

RÉCONCILIER LES RELIGIONS

Aux Etats-Unis, il est enseigné dans les chapelles luthériennes du Minnesota, où une association de professeurs de « yoga chrétien » a même été créée. Il est enfin très populaire en Iran, un pays pour le moins rigoriste en matière religieuse, où il a même droit à un magazine spécialisé sur le sujet.

Le yoga divise les autorités religieuses musulmanes dès qu’il devient un exercice politique. Dans le quotidien singapourien Jakarta Post, Syafi’i Anwar, le directeur du Centre international pour l’islam et le pluralisme, estime que le conseil des oulémas d’Indonésie veut, en interdisant la pratique du yoga, « rentrer sur la scène politique du pays ».

En Inde, l’autorisation de la pratique du yoga permet au contraire de réconcilier hindous et musulmans. « Après les attaques de Mumbai, les autorités religieuses ont dit de façon claire et responsable que l’islam est pacifique. Le Darul Uloom a encore choisi de se ranger du côté du bon sens et de la souplesse », écrit le quotidien Indian Express dans son éditorial du 28 janvier.

Dans ce pays séculaire, où les religions ont parfois du mal à cohabiter pacifiquement, libre à chacun de chanter « Om », « Jésus » ou « Allah », tant que la position du lotus est respectée.

Julien Bouissou, Le Monde 03/02/2009

About Rédaction

Check Also

Dérives

Par Hmida BEN ROMDHANE (La Presse. Tunisie) Un professeur qui, au lieu de donner son …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.