jeudi , 23 novembre 2017
Home / Revue de presse / Une grande mosquée «emblématique» de l’Algérie indépendante

Une grande mosquée «emblématique» de l’Algérie indépendante

Une moyenne d’une mosquée par jour a été construite en Algérie depuis 1962, mais le pays manque encore d’une qui soit « emblématique » de la période post-indépendance. Ce sera réellement possible d’ici à 2009, avec la construction de la « Mosquée d’Alger », qui sera dotée du plus haut minaret du monde.

S’ils sont restés sobres dans sa dénomination, les concepteurs de ce projet veulent faire « grand » sur le terrain avec, outre un minaret de 300 mètres, 20 hectares d’assiette et une capacité de 120.000 fidèles, ce qui en fera le troisième plus vaste lieu de culte musulman de la planète après les deux lieux saints (el-haramayne) de la Mecque et de Médine.
« L’Algérie manquait d’une grande mosquée qui serait emblématique de la période post-indépendance. Sur cette base est née l’idée de construire la Mosquée d’Alger, qui ne sera pas seulement un lieu de prière mais tout un complexe wakf », explique à l’APS M. Abdellah Tamine, chargé de la communication au ministère des Affaires religieuses.
Avec 15.000 en activité et 3.400 en construction, l’Algérie est le seul pays où le nombre de mosquées est équivalent au nombre de jours depuis son indépendance.
En plus de la mosquée proprement dite et de son esplanade, le « complexe » comprendra une maison du Coran, un centre culturel, un centre multiservice, un centre sanitaire, un hôtel, un parking, un immeuble d’habitation, un autre pour les services d’administration et un espace vert.
Le minaret lui-même contiendra une bibliothèque et un institut supérieur d’études islamiques, selon les spécifications de l’appel d’offres du projet.
En outre, « quelque 1.800 emplois permanents seront créés, en plus de la possibilité de former 400 artisans », affirme M. Tamine.
Du fait de l’importance du projet, « un organisme public spécialisé dans sa gestion a été créé par décret exécutif, en avril 2005, sous la nomination d’Agence nationale de réalisation et de gestion de la Mosquée d’Alger », rappelle-t-il.
La première tâche de l’Agence « a été de sélectionner un terrain pour le projet, qui soit proche de la mer, d’accès facile et qui ait une position stratégique. Un terrain a été choisi dans la commune de Mohammadia (est d’Alger), d’une superficie de 20 hectares », indique-t-il.
Par la suite, un appel d’offres national et international d’assistance à maîtrise d’ouvrage a été lancé et, en juin 2006, le bureau d’étude canadien Dessau-Soprin a remporté le marché.
La société canadienne empochera 1,37 milliard de dinars pour la mission de l’assistance technique. Dessau-Soprin « sera notre “expert” pour le suivi de la construction de la mosquée. Si un problème survient avec le constructeur — non respect des normes, utilisation de matériaux non conformes, … “c’est à elle que nous demanderons des comptes », relève le responsable du ministère. Une partie du terrain « est actuellement occupée par des entreprises, et dans l’attente de la libération des lieux, l’Agence a lancé en mars un concours international d’architecture pour la Mosquée d’Alger, qui définit les grandes lignes du projet », ajoute-t-il.
« Nous avons reçu plus de trente projets de conception. Après la prochaine sélection du meilleur projet, sera lancée la dernière étape : le lancement de l’appel d’offres international pour la construction », indique-t-il.
Le projet est « entièrement financé sur le budget de l’Etat et le président de la République a donné le feu vert au ministère des Finances pour dégager l’enveloppe nécessaire à sa réalisation. Le déblocage des fonds se fera par étapes, avec l’avancement des travaux », assure M. Tamine.
Il estime « difficile » de fournir une estimation du coût total du projet, car, dit-il, « c’est le bureau d’études qui aura le marché de la réalisation qui fera l’offre financière ». « Pour nous, ce qui compte, ce n’est pas seulement le coût financier, mais aussi la qualité et la notoriété de l’organisme », indique-t-il.
Quant au délai de réalisation, Dessau-Soprin l’estime à 76 mois, selon un communiqué mis en ligne sur son site internet.

El Moujahed, 04/07/2007

About Rédaction

Check Also

Dérives

Par Hmida BEN ROMDHANE (La Presse. Tunisie) Un professeur qui, au lieu de donner son …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.