samedi , 28 mai 2022
Home / Actualité / Si Obama s’était appelé Barry…

Si Obama s’était appelé Barry…

Obama_1.jpgBOCA RATON (Etats-Unis) (AFP) – Le candidat à l’investiture démocrate Barack Obama a de nouveau dû se défendre jeudi d’être musulman et a réaffirmé son attachement à Israël, lors d’une réunion organisée par la communauté juive à Boca Raton (Floride, sud-est).

« Si vous vous étiez appelé Barry, et non Barack, j’aurais voté pour vous ! », lui a lancé un membre de la congrégation, alors que sur le parking voisin étaient distribués des tracts affirmant que le sénateur de l’Illinois était musulman.

« Ce n’est pas vrai, je ne suis pas musulman et je ne l’ai jamais été », a dû redire M. Obama.

Régulièrement, des sites internet et des courriels envoyés massivement affirment que le prétendant démocrate à la Maison Blanche est de confession musulmane, voire qu’il est antisémite.

Par ailleurs, a-t-il répondu à la question sur son prénom, « en fait, quand j’étais enfant, j’étais appelé Barry. Mais, en grandissant, j’ai décidé d’admettre mon héritage kényan et j’ai utilisé mon véritable prénom, Barack ».

« Prénom, qui, à propos, signifie ‘baruch’ en hébreu (« béni ») et se trouve être le mot kenyan pour ‘bénédiction' », a-t-il expliqué, ajoutant qu’il s’était toujours senti proche du peuple juif et de sa quête de justice sociale.

« Ne me jugez pas sur mon drôle de prénom, ou sur le fait que je sois Noir, jugez moi sur ma politique », a-t-il encore ajouté.

« J’ai toujours été pro-Israël. Beaucoup de mes guides et de mes professeurs étaient juifs et je crois qu’Israël a des liens profonds avec les Etats-Unis, intellectuellement et du point de vue émotionnel », a assuré M. Obama.

Le candidat démocrate a réaffirmé qu’il ne négocierait pas avec le Hamas ni avec le Hezbollah et que la plus grande menace pour Israël était l’Iran. « Le seul fait de dire que je suis prêt à parler avec l’Iran ne signifie pas que je ne sois pas pour Israël », a-t-il relevé.

About Rédaction

Check Also

Fermeture de la mosquée Sounna à Marseille, le « test » de la grande prière

La préfecture de police des Bouches-du-Rhône a fermé pour six mois la mosquée Sounna, l’une …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.