dimanche , 24 juin 2018
Home / A La Une / L’Union des oulémas invite l’Iran à prévenir une sédition chiites/sunnites

L’Union des oulémas invite l’Iran à prévenir une sédition chiites/sunnites

DOHA (AFP) –L’Union internationale de oulémas musulmans, dirigée par l’influent dignitaire sunnite Youssef Al-Qardaoui, a pressé jeudi l’Iran d’éviter une sédition confessionnelle entre sunnites et chiites, au terme d’une réunion à Doha.

Dans un communiqué, l’Union « invite la République islamique d’Iran à assumer sa responsabilité religieuse pour étouffer la sédition confessionnelle » entre les tenants des deux principales branches de l’islam, le sunnisme et le chiisme.

La réunion, à laquelle assistait l’ayatollah chiite iranien Mohamad Ali Taskhiri, vice-président de l’Union, s’est tenue mercredi à Doha pour discuter d’une vive polémique impliquant cheikh Qardaoui et l’Iran.

Dans son communiqué, l’Union appelle à faire « cesser toute tentative (…) visant à propager une confession dans des régions dominées par l’autre confession » et souligne « la nécessité d’un respect mutuel ».

« Le danger de propager le chiisme provient du fait qu’un Etat exploite, à des fins stratégiques, la religion et la confession afin d’élargir son influence », a expliqué cheikh Qardaoui dans un commentaire publié la semaine dernière.

Ainsi, a-t-il ajouté, « les minorités (chiites) qui se sont formées à travers l’histoire se transforment en outils au service de l’Iran (…) et de sa stratégie expansionniste ».

En septembre, cheikh Qardaoui avait lancé des attaques contre les chiites, qu’il accusait de mener une « invasion des sociétés sunnites », en réaction selon lui à des critiques que lui avaient adressées l’ayatollah Taskhiri et le dignitaire chiite libanais Mohammed Hussein Fadhallah.

Cheikh Qardaoui a multiplié ces dernières semaines les commentaires sur l’influence croissante des chiites au Moyen-Orient, où certains pays arabes dirigés par des régimes sunnites redoutent un conflit confessionnel au moment où l’Iran, le plus grand pays chiite, veut s’imposer comme puissance régionale.

Leurs appréhensions sont renforcées par le conflit confessionnel qu’a connu l’Irak, dirigé par des chiites depuis la chute du régime sunnite de Saddam Hussein, et le regain de popularité du Hezbollah chiite libanais dans le monde arabe à la suite de son conflit avec Israël en 2006.

[ratings]

About Rédaction

Check Also

Des jihadistes peuvent gagner l’Europe sans se cacher parmi les migrants

(AFP- 24/05/15)-L’extrême droite agite le spectre de jihadistes s’infiltrant dans les embarcations de fortune chargées …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.