vendredi , 15 décembre 2017
Home / A La Une / l’Iran gèle un compte bancaire de Shirin Ebadi et dément lui avoir confisqué son prix Nobel

l’Iran gèle un compte bancaire de Shirin Ebadi et dément lui avoir confisqué son prix Nobel

shirin_badi_1.jpgTEHERAN (AFP) – L’Iran a gelé de façon « illégale » un compte bancaire de Shirin Ebadi, prix Nobel de la paix 2003, et confisqué sa médaille, pour faire pression sur cette avocate et militante ardente des droits de l’Homme, ont accusé vendredi ses collègues.

Le gouvernement norvégien avait annoncé jeudi que Téhéran avait confisqué la médaille et le diplôme Nobel de l’avocate, déclarant avoir convoqué le représentant iranien à Oslo pour lui transmettre ses protestations.

Les autorités iraniennes ont démenti avoir confisqué le prix Nobel de l’avocate, tout en semblant confirmer que des mesures avaient pu être prises contre certains de ses biens « pour refus de payer des impôts ».

« La somme allouée au titre de son prix avait été déposée sur un compte bancaire utilisé pour aider les prisonniers politiques et leur famille », a déclaré à l’AFP Mohammad Ali Dadkhah, membre fondateur de Centre des défenseurs des droits de l’Homme de Mme Ebadi.

« Le compte a été bloqué par les autorités et ils n’autorisent pas de retraits », a poursuivi M. Dadkhah. « Ceci est illégal, dans la mesure où le blocage ou la saisie d’un compte doit résulter d’une décision d’un tribunal, devant lequel des preuves ont été présentées », a-t-il dit. « C’est un acte politique ».

Les autorités iraniennes ont également bloqué le compte bancaire de l’époux du prix Nobel de la paix, Javad Tavassolian, a déclaré Mohammad Seifzadeh, un autre membre du Centre de Mme Ebadi.

L’Iran exige également un impôt de 400.000 dollars sur les 1,3 million de dollars du prix Nobel, ont ajouté ses collègues, selon qui une telle exigence est contraire à la loi.

Dans son démenti, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Ramin Mehmanparast, dit la « surprise » de l’Iran face à l’attitude d’Oslo.

« Nous sommes surpris par le fait que les autorités norvégiennes adoptent une position tendancieuse, ignorant des lois respectées par tous », a-t-il déclaré dans un communiqué cité par l’agence Irna.

« Nous ne comprenons pas pourquoi les autorités norvégiennes (…) cherchent à justifier la négligence et le refus des gens de payer des impôts sur leurs biens et à semer le doute (sur les dispositions légales de certains) pays », a-t-il poursuivi. « Nous protestons contre de telles attitudes ».

Shirin Ebadi a quitté l’Iran peu avant la réélection contestée du président ultra-conservateur Mahmoud Ahmadinejad le 12 juin.

Depuis, l’avocat demande à la communauté internationale d’agir contre les « abus des droits de l’Homme commis » par les autorités dans la foulée de l’élection.

Des manifestations monstres avaient provoqué l’une des plus graves crises au sein du régime iranien depuis l’avènement de la République islamique en 1979.

Au moins 4.000 manifestants ont été arrêtés. Trente personnes ont été tuées, selon des chiffres officiels, 72 selon l’opposition.

D’après M. Seifzadeh, la décision iranienne vise à « faire pression sur Shirin Ebadi, pour lui interdire, une fois qu’elle sera rentrée, de ressortir d’Iran au prétexte d’évasion fiscale ».

« Le gouvernement d’Ahmadinejad va sûrement augmenter la pression sur la dissidence au point qu’on ne pourra plus entendre de critiques indépendantes sur les droits de l’Homme », a-t-il ajouté.

MM. Seifzadeh comme Dadkhah assurent que Mme Ebadi va rentrer en Iran.

[ratings]

About Rédaction

Check Also

Des jihadistes peuvent gagner l’Europe sans se cacher parmi les migrants

(AFP- 24/05/15)-L’extrême droite agite le spectre de jihadistes s’infiltrant dans les embarcations de fortune chargées …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.