Les cardinaux parlent liberté de culte, abus et conversions

• 20 Nov, 2010 • Catégorie: Diversité religieuse

Reuters – Le débat sur la liberté religieuse se déroule dans le contexte d’un nouveau différend du Saint-Siège avec la Chine communiste sur le sacre d’un évêque chinois appartenant à l’Eglise soutenue par Pékin mais non reconnue par Rome.

Ces discussions à huis clos précèdent un consistoire extraordinaire lors duquel Benoît XVI doit créer 24 nouveaux cardinaux, dont 20 âgés de moins de 80 ans et donc susceptibles de s’intégrer au conclave secret qui élira son successeur.

Le thème de la liberté de culte a occupé l’actualité jeudi, le Vatican ayant recommandé à la Chine de ne pas obliger des évêques fidèles au pape à assister au sacre non autorisé par Rome.

Des prélats qui arrivaient à la réunion ont dit craindre que ces nouvelles tensions avec Pékin n’enveniment les relations bilatérales après une période d’apaisement relatif.

Les catholiques de Chine sont divisés en deux Eglises, l’une reconnaissant l’autorité du pape tandis que l’autre, « association patriotique » appuyée par l’Etat, crée elle-même ses cardinaux.

Ces derniers mois, le Vatican a aussi multiplié ses appels en faveur de la liberté de culte des chrétiens dans les pays musulmans, en Arabie saoudite notamment.

CONVERSIONS D’ANGLICANS À PARTIR DE JANVIER

Dans le royaume wahhabite, qui abrite les principaux lieux saints de l’islam, toute activité religieuse non musulmane s’exerce en privé. Convertir des musulmans y est passible de la peine de mort, bien que celle-ci soit rarement appliquée.

Offices religieux et séances de prières ont souvent lieu aux domiciles de diplomates étrangers mais sont d’un accès limité. Des chrétiens se réunissent par conséquent dans des salles de conférence d’hôtels, à leurs risques et périls.

Le Saint-Siège a aussi exprimé sa plus vive inquiétude devant le sort des chrétiens en Irak, pays à majorité musulmane où 52 fidèles et policiers sont morts en plein Bagdad dans l’attaque de l’église Notre-Dame du Perpétuel Secours le dimanche 31 octobre. Benoît XVI y avait condamné une « violence absurde ».

Les cardinaux actuels et ceux qui doivent être créés lors du consistoire écouteront aussi des rapports concernant la vague d’abus sexuels qui a secoué l’Eglise dans plusieurs pays.

A Rome, des victimes de tels abus ont manifesté vendredi à l’occasion de la réunion des évêques. Elles estiment que le Vatican n’a pas pris assez de mesures pour protéger les enfants d’éventuels futurs abus imputables à des prêtres.

« Nous voulons que les évêques remettent à la police et aux tribunaux les dossiers personnels de religieux accusés de mauvais traitements sur des enfants de façon crédible », a déclaré Barbara Blaine, responsable du réseau de victimes Snap, basé aux Etats-Unis.

Par ailleurs, l’Eglise catholique d’Angleterre a annoncé vendredi que les conversions d’anglicans au catholicisme commenceraient en janvier avec une première vague de cinq évêques et de 30 groupes de paroissiens.

Ces anglicans opposés à la création de femmes évêques acceptent l’offre de Rome de se convertir au catholicisme tout en gardant la possibilité de rester fidèles à certaines traditions anglicanes.

Laisser un Commentaire