vendredi , 18 janvier 2019
Home / Actualité / L’Egypte accuse l’Iran de chercher à dominer le Moyen-Orient

L’Egypte accuse l’Iran de chercher à dominer le Moyen-Orient

teheran_arc_2.jpgLE CAIRE (AFP) –Le ministre égyptien des Affaires étrangères Ahmed Aboul Gheit s’est lancé dimanche dans une charge contre l’Iran, jugeant que la République islamique cherchait à dominer le Moyen-Orient, quitte à instrumentaliser la cause palestinienne.

« Les Iraniens essaient de répandre et d’imposer leurs vues sur la région, et ils utilisent des Palestiniens (…) pour des objectifs iraniens », a déclaré dans un communiqué M. Aboul Gheit, faisant manifestement référence au mouvement islamiste palestinien Hamas proche de Téhéran.

Plus tôt dans la journée, le ministre égyptien avait déjà répondu à l’ancien président iranien Akbar Hachémi Rafsandjani, qui a critiqué le refus du Caire d’ouvrir de manière permanente sa frontière avec la bande de Gaza, territoire palestinien soumis à un blocus israélien.

« La politique étrangère de l’Egypte ne sera pas un instrument aux mains de l’Iran ou (…) de quelques groupes ayant perdu de vue les vrais objectifs des Palestiniens », a rétorqué le chef de la diplomatie égyptienne.

Sur fond d’inquiétudes de dirigeants sunnites de la région quant à une influence croissante iranienne, les relations entre l’Egypte et l’Iran, pays très majoritairement chiite, se sont récemment tendues.

Mardi dernier, l’Egypte a convoqué un diplomate iranien pour exprimer son mécontentement à la suite notamment de manifestations organisées devant sa section d’intérêts à Téhéran.

D’après l’agence de presse iranienne Fars, une centaine d’étudiants iraniens avaient manifesté la veille devant la représentation égyptienne pour protester contre les relations entre l’Egypte et Israël, liés par un traité de paix depuis 1979.

L’Iran a rompu ses relations diplomatiques avec l’Egypte en 1980, après la Révolution islamique, pour protester contre la reconnaissance d’Israël par l’Egypte. Depuis, l’Egypte et l’Iran ne disposent plus que de sections d’intérêts dans leurs capitales respectives.

En juillet, Le Caire a vivement condamné un documentaire iranien sur l’assassinat en 1981 de l’ancien président égyptien Anouar al-Sadate, initiateur de la paix avec Israël.

[ratings]

About Rédaction

Check Also

Belgique: L’Institut de promotion des formations sur l’islam peut débuter ses travaux

(Metro Blegique 31/08/17)La composition du Comité de direction de l’Institut de promotion des formations sur …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.