samedi , 25 novembre 2017
Home / Revue de presse / Le verset qui fâche

Le verset qui fâche

Une nouvelle traduction du Coran propose une réinterprétation radicale du passage autorisant un homme à frapper son épouse en cas de rébellion.

Laleh Bakhtiar, Américaine d’origine iranienne âgée de 68 ans, travaillait depuis deux ans à une traduction du Coran lorsqu’elle est tombée sur le verset 34 de la sourate 4. Elle a eu alors envie de tout laisser tomber. Que dit de si dérangeant le Livre saint des musulmans à cet endroit-là ? Qu’une femme manifestant des signes de rébellion doit d’abord être admonestée, puis reléguée dans un lit à part et, enfin, battue – le sens le plus courant pour le mot arabe daraba -, à moins qu’elle ne change de conduite.

C’est justement ce verset qu’une juge de Francfort a cité au début de l’année pour refuser la demande de divorce accéléré d’une jeune mère de famille victime de violences conjugales. La magistrate a estimé qu’en se mariant avec un Marocain, cette femme devait s’attendre à ce genre de traitement puisque les châtiments corporels du mari sur son épouse sont autorisés par le Coran.

« Soit ce mot avait une autre signification, soit j’arrêtais la traduction », a confié au New York Times Laleh Bakhtiar. Titulaire d’un doctorat de psychologie de l’éducation, elle a entrepris ce travail parce qu’elle trouvait les traductions existantes inaccessibles aux Occidentaux. Ce ne sont pourtant pas celles-ci qui manquent. En 1989, Muhammad Hamidullah (auteur lui-même d’une traduction en français) en dénombrait cent soixante-quinze en anglais, soixante-dix en français et soixante en allemand.

Laleh Bakhtiar a buté au moins trois mois sur le verset controversé. Daraba a été rendu en anglais par les verbes équivalents de battre, frapper, donner des coups, fouetter, châtier, fesser, donner une tape et même câliner et séduire. Rien qui la satisfasse. Jusqu’à ce que la solution s’impose à elle dans un dictionnaire du XIXe siècle signé par un certain Edward William Lane. Là, dans les six pages de définition du mot daraba, elle a trouvé « partir » (to go away, en anglais). « Oh ! C’est ce que Dieu a voulu dire, s’est-elle exclamée. Quand Mohammed avait des difficultés avec ses épouses, que croyez-vous qu’il faisait ? Il ne frappait personne, alors pourquoi un musulman ferait ce que le Prophète ne faisait pas. »

Après plus de sept ans de travail, la traduction est enfin sortie en avril chez Kazi Publications, un éditeur de Chicago. Laleh Bakhtiar s’attend aux plus vives critiques, et pas seulement parce qu’elle n’est pas une spécialiste de l’islam. Dans le monde musulman, beaucoup d’hommes contesteront l’idée même qu’un Américain, qui plus est une femme, se permette de réinterpréter le Coran.

Par-delà ces préjugés, il est un fait pourtant difficilement contestable : selon les connaisseurs de la langue arabe, daraba ne peut guère signifier autre chose que battre. C’est le terme même que l’on retrouve dans la traduction de Kasimirski (disponible chez GF-Flammarion, 1970). Dans celles de Muhammad Hamidullah (Club français du livre, 1959), de Denise Masson (Gallimard, 1967), de Jean Grosjean (Philippe Lebeau, 1988), de René Khawam (Maisonneuve & Larose, 1990), de Régis Blachère (Maisonneuve & Larose, 1999), le verbe retenu est « frapper ». Et si Sadok Mazigh (Les Éditions du Jaguar, 1985) et Jacques Berque (Albin Michel, 1995) parlent de « corriger », alors que Si Hamza Boubakeur (Maisonneuve & Larose, 1995) préfère, lui, « sévir », il y a comme une unanimité sur la question.

Ce qui ne veut pas dire pour autant qu’il faut prendre nécessairement le verset coranique en cause, ainsi que bien d’autres d’ailleurs, au pied de la lettre. Tout comme la Bible, au demeurant, où il est question de lapider des gens à mort. Cité par le New York Times, Cheikh Ali Gomaa, haut mufti d’Égypte, affirme que les versets coraniques doivent être appréhendés à travers le prisme de l’époque.

Bien connu des lecteurs de Jeune Afrique, l’historien tunisien Mohamed Talbi propose quant à lui une lecture vectorielle du Coran. Ce dernier est « descendu » (ou a été révélé) dans un milieu, l’Arabie du VIIe siècle, où frapper les femmes était une pratique courante. En réglementant celle-ci, Dieu a voulu en limiter les abus dans un premier temps, mais il a aussi indiqué la direction à suivre, à savoir l’interdiction totale de cette pratique, qu’il réprouve. Mohammed, qui ne pouvait être que son meilleur interprète, n’a d’ailleurs jamais failli dans sa condamnation des violences faites aux femmes.

  • Jeune Afrique mai 2007
  • Voire la réponse d’un journal malien à cet article: L’Islam et Nous

About Rédaction

Check Also

Dérives

Par Hmida BEN ROMDHANE (La Presse. Tunisie) Un professeur qui, au lieu de donner son …

One comment

  1. bonsoir, depuis 14siecles les musulman se sont ecarté du pur et de tangible sens initial des mot dans le saint koran, le versé 4.34 les hommes sont responsable pour les femmes a raison de ce donc dieu les a doté de certaine qualités et les a disposé a etre des gagneurs de pains . les femmes justes acceptent volontairement cette arrangemnt c’est un commendement de dieu ,elles doivent honorer leurs maris durant leurs absence .quand a celles dont vous craignez son autorité inclinez vous a la bienveillance et separez vos differents qui sont associer, debattez les problemes ensembles ,si elles vous obeissent il ne vous ai pas permis de se servir des pretextes pour autoriser votre injustice .c’est dieu le tres haut le supreme . dieu le maitre du monde comment vous pouvez imaginer que dieu le sage autorise une telle chose pour les femmes comme pour qui que soit . dieu c’est amour c’est paix et justesse . c’est une excuse pour le monde arabe de ne pas comprendre soit disant l’arabe du koran , mais aujourdhui la verité est claire le chiffre 19 dans le sura 74,verse 30 l’alpha et l’omeca qui est capable de comprendre le sens du mot avec le miracle mathematique du chiffre 19 donc le mot battre veut dire debattre le probleme, et le mot ahjorhona fi al majazaa non pas la quite dans le lit comme pretendre beaucoup mais l’explication est l homme quand il a un probleme avec la femme il ne pense qu’a une chose quité sa femme pour une autre et non pas arrangé les differences alors il melange ses probleme avec les problemes de la femme et dans ce ca la il n’arrange rien mais l’ide qui lui vient dans la tete et de la quitté meme pour quelque temps , alors l’homme et quant il arrange ses probleme avec sa femme dans automatiquement il va l’arrangé le probleme dans sa chanbre avec sa femme puise qu’ils sont separez les deux dans aulieu de la quite pour une autre quittez vos tension dans le lit conjugale dieu connais bien le probleme du couple souvent apres une dispute le couple finit par l’arrange avec l’amour .voila l’explication de cette sura ,verse 34 nous sommes au terme de la vie dans cette terre et il est temps de comprendre la sagesse de dieu avec un raisonement plus juste le koran c’est le dernier testament et la consomation de toutes les ecritures donc eclairons nous la parole de dieu avec amour et justesse .www.submission.org mon prochain in cha allah traduction la plua extraordinaire qui soit que dieu me donne l’intelligence .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.