jeudi , 23 novembre 2017
Home / Actualité / La majorité des musulmans ne hait pas l’Amérique

La majorité des musulmans ne hait pas l’Amérique

Musulmans_US_1.jpgWashington (AP) – Une vaste enquête sur les musulmans dans le monde rendue publique mardi montre que l’Islam ne rime pas avec extrémisme et anti-américanisme. Elle a été réalisée durant six ans dans une quarantaine de pays.

« Nous avons découvert que les Musulmans ne détestent pas les libertés et la démocratie », a déclaré John Esposito, co-auteur du livre « Who Speaks for Islam » (Qui parle pour l’Islam) à paraître le mois prochain sur les bases de l’étude.

L’étude organisée par l’Institut Gallup a été lancée peu après les attentats terroristes du 11 septembre 2001 alors que le président américain George W. Bush s’était demandé dans un discours: « pourquoi nous haïssent-ils? ».

« Ils détestent (…) un gouvernement démocratiquement élu », avait-il suggéré ajoutant: « ils haïssent nos libertés, notre liberté de religion, notre liberté de parole, notre liberté de voter, de se réunir, de ne pas être d’accord les uns avec les autres ».

Contrairement à cette interprétation, l’enquête, qui a porté sur des échantillons représentatifs de 90 % des 1,3 milliard de musulmans dans le monde, montre que la majorité des musulmans admirent en fait l’Occident pour sa démocratie, ses libertés et ses progrès technologiques.

Ce qu’ils ne veulent pas, c’est que les coutumes occidentales leur soient imposées, affirme l’enquête.

« Les musulmans veulent l’auto-détermination, pas une démocratie définie et imposée par les Américains. Ils ne veulent pas de sécularisme ou de théocratie. Ce que veut la majorité, c’est une démocratie avec des valeurs religieuses », a noté M. Esposito, professeur d’études islamiques à Georgetown University à Washington.

Quelque 93 % des musulmans du monde entier sont modérés et seuls 7 % sont radicalisés politiquement, affirme le sondage.

Ces extrémistes s’avèrent n’être pas plus religieux que les modérés, ni même être plus particulièrement touchés par la pauvreté ou des conditions de vie éprouvantes comme vivre dans un camp de réfugiés.

« Ceux qui sont politiquement radicalisés sont souvent plus éduqués, avec un meilleur emploi et sont même plus optimistes envers l’avenir que la masse des musulmans », a expliqué le professeur Esposito.

L’enquête a interrogé des musulmans des zones rurales et urbaines de 40 pays en Afrique, en Asie, en Europe et au Moyen Orient.

[ratings]

About Rédaction

Check Also

Ramadan en Tunisie : un rassemblement pour la liberté de ne pas jeûner

En plein ramadan, une manifestation lancée sur les réseaux sociaux est prévue dimanche 11 juin à Tunis pour …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.