vendredi , 22 septembre 2017
Home / Actualité / France / Elections du Culte musulman: la nouvelle répartition des forces

France / Elections du Culte musulman: la nouvelle répartition des forces

cfcm_1.jpgPARIS (AFP) –Les élections de dimanche pour les instances du Conseil français du culte musulman (CFCM) se traduisent par « le succès annoncé » du Rassemblement des musulmans de France (RMF) et la progression de l’Union des organisations islamiques de France (UOIF), relève le ministère de l’Intérieur dans une analyse du scrutin publiée lundi.

Selon le ministère, l’UOIF est « le grand bénéficiaire du retrait de la Fédération de la Grande Mosquée de Paris » (GMP), qui boycottait le scrutin.

Le RMF n’existait pas en 2005, au moment des précédentes élections au CFCM. Il est né de la scission de la Fédération nationale des musulmans de France (FNMF), dont il a récupéré l’électorat.

Pour ces élections, il y avait 4.866 délégués représentant 1.042 lieux de culte. 3.924 d’entre eux ont participé au vote (80,34%). La participation a été particulièrement forte en Alsace (99%) ou Rhône-Alpes (92%) mais bien moindre dans des régions ou la Mosquée de Paris est influente comme PACA (48,9%) ou Poitou-Charente (47,6%).

Le RMF a recueilli 1.675 voix (43,24%), ce qui lui donne 20 sièges au conseil d’administration du CFCM, l’UOIF avec 1.171 voix (30,23%) obtient 13 sièges, le Comité de coordination des musulmans turcs de France (CCMTF) obtient 493 voix (12,05%) soit 4 sièges, la FNMF avec 68 voix (1,76%) a 1 siège. Enfin, les « divers », notamment les musulmans des Antilles Afrique et Comores, des Algériens, les piétistes du Tabligh, obtiennent 467 voix (12,05%), soit 3 sièges au CA.

Outre ces 41 sièges correspondant aux votes, le CA compte également 17 « membres de droit » qui représentent les fédérations fondatrices du CFCM (UOIF, GMP, FNMF, CCMTF) et plusieurs grandes mosquées. Grâce à cette disposition, la GMP, qui n’a pas participé au scrutin, obtient 3 sièges au CA (2 comme membre fondateur, 1 pour la mosquée de Lyon). La FNMF n’a plus que de maigres troupes mais 3 sièges au CA (1 élu et 2 membres de droit). Quant au RMF, qui n’est pas un membre fondateur du CFCM, il a aussi 2 membres de droit, grâce notamment à ses mosquées d’Evry et Mantes.

L’étape suivante est de désigner les membres de droit, d’attribuer les fonctions aux uns et aux autres, de constituer le bureau exécutif et d’élire le président (22 juin).

La perspective d’une majorité au CA autour du RMF est « la plus probable », note le ministère, qui n’exclut cependant pas une « coalition » des fédérations fondatrices « face à ce qui peut être perçu comme une hégémonie marocaine ».

Le RMF est en outre assuré d’une douzaine de présidences dans les 25 conseils régionaux du culte musulman (CRCM), l’UOIF de 8 à 9 et des discussions sont en cours dans les autres régions où des listes d’union l’ont emporté.

Dans un communiqué, l’UOIF s’est réjouie de ses « bons scores » dans les « principales régions » et souhaité une réflexion sur la réforme du CFCM de façon à assurer son indépendance, la représentativité des diverses composantes de la communauté et une meilleure efficacité.

[ratings]

About Rédaction

Check Also

Ramadan en Tunisie : un rassemblement pour la liberté de ne pas jeûner

En plein ramadan, une manifestation lancée sur les réseaux sociaux est prévue dimanche 11 juin à Tunis pour …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.