mardi , 20 novembre 2018
Home / A La Une / Grenoble: une formation à l’abattage rituel musulman reportée

Grenoble: une formation à l’abattage rituel musulman reportée

abraham_1.jpgGRENOBLE (AFP) –Une formation théorique aux pratiques légales de l’abattage du mouton pour la fête de l’Aïd el-Kébir, destinée aux « pères de familles » et prévue dimanche à Grenoble dans une salle municipale contre l’avis des autorités, a été reportée sine die, ont annoncé samedi ses organisateurs.

« En raison d’un motif indépendant de notre volonté, la formation citoyenne concernant l’abattage rituel musulman est reportée à une date ultérieure », indique le site de l’Association de sensibilisation d’information et de défense du consommateur musulman (Asidcom), co-organisatrice de la réunion.

Jeudi, la fondation Brigitte Bardot avait jugé que le libellé de cette réunion (« formation aux sacrifices rituels ») pouvait encourager l’abattage clandestin, déjà fort répandu en France durant l’Aïd el-Kébir.

Le porte-parole du ministère de l’Intérieur avait de son côté souligné vendredi soir que l’abattage était « réglementé » et que, si cette réunion avait lieu, il y aurait un « délit de complicité d’abattage illégal ».

« On regrette que l’Etat se mette à genoux devant la fondation Brigitte Bardot (ndlr: qui a dénoncé cette réunion) et on dénonce les pressions exercées sur des élus locaux pour interdire une initiative citoyenne », a ensuite déclaré à l’AFP le président de l’Asidcom, Hadj Abdel Aziz Di Spigno.

« On va laisser passer le week-end avant de décider des suites du programme prévu. Nous sommes des citoyens actifs mais pas activistes. Nous souhaitons marier la foi et la raison », a-t-il ajouté.

Affirmant que son fils et une adhérente ont reçu des menaces de mort par téléphone et sur internet samedi, M. Di Spigno a annoncé son intention de porter plainte.

Présentée comme « une première en France », la réunion décriée visait à informer les musulmans, et en particulier les « pères de famille », sur la réglementation européenne de l’abattage.

La loi française impose que les animaux dits de consommation soient tués dans un abattoir par des professionnels agréés.

« Nous sommes très satisfaits. La formation ne s’adressait pas aux sacrificateurs agréés mais aux pères de famille. C’est important de montrer qu’il y a des réglementations qui doivent être respectées », a déclaré à l’AFP Christophe Marie, le porte-parole de la fondation Brigitte Bardot, qui dénonçait un « véritable appel à l’abattage clandestin ».

Dans un courrier transmis samedi au député-maire (PS) de Grenoble, Michel Destot, le préfet a demandé « de ne pas mettre à disposition la salle municipale afin de ne pas permettre le déroulement de cette formation », a indiqué à l’AFP une source municipale.

« Le courrier est sans effet puisque l’association a renoncé à l’organisation de la réunion », a-t-elle ajouté.

L’intervention du préfet avait été demandée par le ministère de l’Intérieur, qui a indiqué vendredi que l’abattage était « réglementé » et, que si cette réunion avait lieu, il y aurait un « délit de complicité d’abattage illégal ».

Seules les trois mosquées de Paris, de Lyon et d’Evry sont habilitées à délivrer les cartes de sacrificateurs, un « monopole politico-religieux » que dénonce l’Asidcom, estimant que ces professionnels ne sont ni suffisamment formés, ni assez nombreux.

L’Asidcom, dont le siège est à Marseille, compte 228 membres.

En 2007, 130.000 moutons ont été abattus légalement contre 70.000 clandestinement pour l’Aïd, fêté en décembre, selon les chiffres officiels.

[ratings]

About Rédaction

Check Also

Des jihadistes peuvent gagner l’Europe sans se cacher parmi les migrants

(AFP- 24/05/15)-L’extrême droite agite le spectre de jihadistes s’infiltrant dans les embarcations de fortune chargées …

One comment

  1. On aura tout vue avec cet engouement au hala. no comments.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.