vendredi , 22 juin 2018
Home / Les conseils du culte musulman d’Ile-de-France rappellent les règles du sacrifice pour l’Aïd

Les conseils du culte musulman d’Ile-de-France rappellent les règles du sacrifice pour l’Aïd

aid-kebir.jpgPARIS (AFP) – Les CRCM (conseils régionaux du culte musulman) ont rappelé lundi aux fidèles les règles à suivre pour que l’abattage du mouton pour l’Aïd al-Adha (ou Aïd el-Kébir) soit conforme aux principes religieux. « Le rite du sacrifice pendant la fête d’Al-Adha est d’une importance considérable pour les musulmans », rappellent-ils dans un communiqué. Cette tradition est « un rituel fortement recommandé (…) pour les personnes ayant les moyens de l’accomplir ». Le sacrifice, précisent-ils, doit avoir lieu dans les deux jours suivant la prière de l’Aïd du mercredi 19 décembre. Il peut être accompli par une personne ou une institution autre que le propriétaire de la bête (ovin ou bovin). L’animal choisi pour le sacrifice « doit être dénué de tout vice : ni borgne, ni boiteux, ni maigre, ni malade ». Il faut aussi respecter les normes sanitaires et de sécurité ainsi que les règles de l’abattage rituel qui peut être fait par les boucheries halal.
Enfin, les CRCM dénoncent la montée abusive des prix des bestiaux pendant cette fête. Ils invitent les grandes surfaces commerciales partenaires de l’Aïd « au respect des exigences rituelles », soulignant que l’abattage est « un acte rituel (..) qui est par excellence une adoration et non pas une opération +viande halal+ ». Aux fidèles qui veulent acheter leurs moutons dans les grandes surfaces, les CRCM rappellent que leurs commandes doivent être enregistrées « nominativement, car l’intention des sacrificateurs doit signifier les noms des bénéficiaires ».
Ils doivent aussi obtenir un document de traçabilité avec l’origine de la bête, le lieu d’abattage et son numéro d’agrément vétérinaire, la certification par les autorités représentatives du culte musulman, etc. Enfin, ils doivent « exiger une attestation de non utilisation de l’étourdissement, préalable à l’abattage rituel musulman, pratique contraire à la réglementation en vigueur car cela implique le non-agrément de l’acte rituel ». La bête doit être égorgée « avec une lame aiguisée » pour limiter sa souffrance, selon la tradition, ce qui suscite chaque année les protestations des défenseurs des animaux. Environ 200.000 moutons sont égorgés chaque année en France pour l’Aïd al-Adha.

[ratings]

About Rédaction

Check Also

Le recul de l’islam radical plus prioritaire que l’emploi pour les Français (sondage)

(Europe1 02/07/2017) D’après le baromètre de la transformation publié dimanche par le « JDD », le recul …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.