lundi , 28 mai 2018
Home / Actualité / Le père d’une adolescente mariée à 14 ans condamné à un an de prison

Le père d’une adolescente mariée à 14 ans condamné à un an de prison

mariage_forc___2.jpgEVRY (AFP) –Le père d’une adolescente mariée religieusement en 2000 à l’âge de 14 ans a été condamné en son absence mercredi par le tribunal correctionnel d’Evry à trente mois de prison, dont un an ferme, pour complicité d’atteintes sexuelles.

Le tribunal a également délivré un mandat d’arrêt à l’encontre de cet homme considéré par les autorités comme un ancien imam de Grigny (Essonne) connu pour ses prêches radicaux, âgé de 66 ans, qui a été expulsé vers le Maroc en janvier 2007.

Il s’agit selon le président Eric Gillet d’une « peine symbolique car officiellement il n’est pas en France ». « Ca le dissuadera d’y revenir ou d’y rester », a-t-il estimé.

Le parquet avait requis 18 mois de prison avec sursis.

Le 11 février, le « mari » de la jeune fille, avait été condamné à deux ans et demi de prison ferme pour atteintes sexuelles. En fuite, il fait lui aussi l’objet d’un mandat d’arrêt.

A l’origine, les poursuites avaient été engagées pour viol et séquestration. Les faits ont été requalifiés, après de longues péripéties procédurales.

Lors de cette même audience, une peine de six mois de prison avec sursis pour complicité avait été prononcée à l’encontre du frère du principal prévenu, pour avoir mis à disposition son appartement de Grigny (Essonne) où le couple a passé la nuit de noces et les trois semaines qui ont suivi, pendant lesquelles la victime n’avait pas la possibilité de quitter librement les lieux.

La compagne du père de la jeune femme, qui avait été à l’origine de l’achat de la robe de mariée et avait fourni à l’adolescente une plaquette de pilules contraceptives, a quant à elle été condamnée à deux mois de prison avec sursis pour complicité.

A la barre, la victime, âgée de 23 ans, avait expliqué avoir considéré à l’époque ce mariage comme un moyen de se libérer du carcan paternel, avant d’affirmer que son père lui avait « imposé » cette union.

La jeune fille, de nationalité française, avait été « mariée » à un jeune Marocain, alors âgé de 21 ans, en situation irrégulière qu’elle n’avait qu’aperçu jusqu’alors, contre une dot de 2.000 ou 3.000 francs (entre 300 et 450 euros).

[ratings]

About Rédaction

Check Also

Le recul de l’islam radical plus prioritaire que l’emploi pour les Français (sondage)

(Europe1 02/07/2017) D’après le baromètre de la transformation publié dimanche par le « JDD », le recul …

One comment

  1. FRANCHEMENT L HISTOIRE EST VRAIMé TRES GENANT SI G BIEN COMPRIS LE PERE DE CETTE FILLE L A FORCER A SE MARIER AVEC UN MEC KEL CONNAISSAIT MEME PAS DC FRANCHEMEMNT JROUVE CA DEGUELASSE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.