mercredi , 17 octobre 2018
Home / Actualité / Le Conseil d’Etat turc se prononce contre les cours obligatoires de religion

Le Conseil d’Etat turc se prononce contre les cours obligatoires de religion

turquie_2_1.jpgANKARA, 3 mars 2008 (AFP) – Le Conseil d’Etat turc s’est prononcé lundi contre les cours obligatoires de religion à l’école, une décision qui devrait constituer un précédent pour les Alevis, une communauté suivant une interprétation modérée du Coran, ont rapporté les médias.

Une cour du Conseil, la plus haute juridiction administrative de Turquie, a approuvé à l’unanimité une décision d’une Cour administrative d’Istanbul qui avait jugé « qu’en l’état actuel, les cours de religion et de morale à l’école sont contraires aux lois », précise l’agence de presse Anatolie.

La Cour d’Istanbul avait donné suite à une requête d’un père de famille qui avait demandé en 2005 que son enfant, à l’époque à l’école primaire, soit exempté des cours de religion.

« Rendre obligatoire les cours de religion dans son état actuel constitue une contradiction avec les lois », souligne l’énoncé du jugement.

L’agence Anatolie ne précise pas si la famille de l’enfant est Alevi, une communauté qui défend la laïcité, mais de nombreuses familles de cette communauté avaient soit saisi la justice ou signé une pétition pour réclamer l’abolition des cours de religion dans un pays officiellement à 99% musulman et majoritairement sunnite.

Les cours de religion et de morale sont enseignés obligatoirement dans les lycées, mais les manuels se penchent essentiellement sur les préceptes sunnites.

Les alevis ont porté l’affaire devant de la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH).

Bien qu’ils représentent un cinquième de la population turque, estimée à quelque 71 millions, les Alévis dont les rites diffèrent profondément de ceux du sunnisme ne disposent d’aucun statut particulier et ne bénéficient pas des subventions accordées aux institutions culturelles sunnites.

Les Alevis forment la variante spécifiquement turque des alaouites. Le culte qu’ils vouent à Ali, gendre du prophète Mahomet, en fait des hérétiques aux yeux du sunnisme dont ils eurent, au cours des âges, à subir les persécutions.

La Turquie a entamé en 2005 des négociations d’adhésion à l’Union européenne qui lui demande plus de liberté de culte.

[ratings]

About Rédaction

Check Also

Le recul de l’islam radical plus prioritaire que l’emploi pour les Français (sondage)

(Europe1 02/07/2017) D’après le baromètre de la transformation publié dimanche par le « JDD », le recul …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.