jeudi , 23 novembre 2017
Home / Actualité / GB: des anciens islamistes créent un groupe de réflexion contre l’extrémisme

GB: des anciens islamistes créent un groupe de réflexion contre l’extrémisme

Quilliam_1.jpgLONDRE (AFP) – Plusieurs anciens militants islamistes ont présenté mardi à Londres un groupe de réflexion spécialisé dans la lutte contre l’extrémisme, avec pour objectif de créer une passerelle entre l’islam et l’Occident.

Le groupe a été baptisé Fondation Quilliam en hommage à Abdullah William Quilliam (1856-1932), un avocat de Liverpool (nord-ouest de l’Angleterre) converti à l’islam et fondateur dans cette ville de la première mosquée britannique.

« Il n’y a pas de solution rapide au terrorisme. A l’instar des politiques occidentales en Afghanistan, qui, conjuguées à l’émergence d’une idéologie islamiste violente, ont contribué au cours des vingt dernières années à la naissance d’un terrorisme international, il faudra une durée similaire pour renverser la tendance », a estimé le groupe de réflexion dans les documents remis au cours d’une conférence marquant son lancement officiel.

« En supposant que, bien sûr, nous ne semions pas les graines de futurs conflits en tentant de déraciner le terrorisme actuel », a-t-il noté.

Les fondateurs de ce groupe ont « tous parcouru le chemin de l’extrémisme », notamment son directeur Maajid Nawaz qui a passé quatre ans dans les geôles égyptiennes en raison de son appartenance au groupe radical islamiste Hizb-ut-Tahrir. Ils travaillent sous l’égide d’intellectuels musulmans reconnus.

« Ces dernières années, après avoir été témoins de la conclusion logique d’une idéologie sans retenue et ses conséquences sur ses partisans », les fondateurs du groupe « ont rejeté l’islamisme, tout en restant des musulmans engagés », précise le site internet de la Fondation Quilliam.

Selon le groupe de réflexion, « les musulmans d’Occident devraient ranimer l’islam d’Occident, notre héritage andalou de pluralisme et de tolérance, et ainsi atteindre l’harmonie dans les relations Occident/islam ».

« Les musulmans d’Occident devraient être délestés du bagage culturel du sous-continent indien, ou du fardeau politique du monde arabe », estime-t-il.

« L’extrémisme et l’intransigeance des écritures dans le discours communautaire musulman sont parmi les plus importantes barrières à l’émergence d’un islam occidental, à une fusion entre l’islam traditionnel et l’Occident moderne », a souligné la Fondation dans son document remis mardi.

About Rédaction

Check Also

Ramadan en Tunisie : un rassemblement pour la liberté de ne pas jeûner

En plein ramadan, une manifestation lancée sur les réseaux sociaux est prévue dimanche 11 juin à Tunis pour …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.