jeudi , 23 novembre 2017
Home / Actualité / Des responsables religieux critiquent la politique économique d’Ahmadinejad

Des responsables religieux critiquent la politique économique d’Ahmadinejad

teheran_arc_1.jpgTEHERAN (AFP) – Trois haut responsables religieux iraniens ont critiqué le président Mahmoud Ahmadinejad pour sa politique économique, qui a entraîné une forte hausse de l’inflation, rapporte samedi la presse iranienne.

« Nous rejetons les problèmes et les erreurs sur les autres. Afin de nous déclarer innocents, nous accusons les autres », a déclaré l’ayatollah Mohammad Reza Mahdavikani, cité par le journal réformateur Aftab-é Yazd.

L’ayatollah Mahdavikani, un conservateur qui fut notamment Premier ministre de la République islamique en 1981, est membre de l’Assemblée des experts qui supervise les activités du guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei.

Le programme économique du président ultraconservateur Ahmadinejad est également la cible des critiques de deux autres éminents religieux, cités par Aftab-é Yazd.

« De plusieurs coins de la nation, on peut entendre les plaintes contre les prix élevés et l’inflation, notamment dans le secteur du logement où le cri du peuple est plus fort », a estimé le Grand ayatollah Nasser Makarem Shirazi.

« Parfois, ils (partisans du gouvernement) pensent que si nous en parlons (de la situation économique), cela affaiblit le gouvernement, mais c’est faux (…) Si les problèmes économiques ne sont pas résolus, nous aurons des problèmes politiques et culturels », a ajouté le religieux conservateur.

« Les hausses de prix récentes ne sont pas des slogans, elles sont ressenties par toute la société », a déclaré pour sa part le Grand ayatollah Abdolkarim Mossavi Ardebili, un modéré qui fut un temps chef de la Justice.

Elu en juin 2005 sur un programme de « justice sociale », Mahmoud Ahmadinejad s’est engagé dans une politique d’injection massive d’argent, grâce aux revenus pétroliers, pour financer des projets d’infrastructure locaux, provoquant une hausse du volume des liquidités et entraînant une hausse de l’inflation.

Selon les chiffres officiels, l’inflation a atteint 18,4% au cours des douze derniers mois, mais des experts économiques estiment qu’elle dépasse en réalité largement les 20%, en raison notamment de l’injection massive de pétro-dollars dans l’économie.

Le président iranien, qui a remplacé ces derniers mois presque tous les ministres liés à l’Economie, rend régulièrement responsable de l’inflation les « ennemis de l’intérieur » et les campagnes médiatiques de ses opposants.

Jeudi, il les a accusés de contrôler une mafia économique et de l’empêcher d’appliquer son programme économique. Sans les nommer, Mahmoud Ahmadinejad visait les proches de l’ancien président conservateur, Akbar Hachémi Rafsandjani.

About Rédaction

Check Also

Ramadan en Tunisie : un rassemblement pour la liberté de ne pas jeûner

En plein ramadan, une manifestation lancée sur les réseaux sociaux est prévue dimanche 11 juin à Tunis pour …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.