mercredi , 26 juillet 2017
Home / Opinion / «Nous autres»: leurs histoires c’est notre histoire

«Nous autres»: leurs histoires c’est notre histoire

Du 7 au 13 avril, la Société suisse de radiodiffusion (SRG SSR idée suisse) consacre une large place au thème de l’intégration des étrangers en Suisse. Swissinfo propose des articles et des reportages réalisés sur le sujet dans les différentes régions linguistiques de Suisse.

Sous le titre «Wir anderen – nous autres – noi altri – nus auters», SRG SSR idée suisse consacre pour la première fois une semaine thématique dédiée au million et demi d’étrangers qui résident en Suisse (21% de la population).

L’opération a pour objectif de livrer une contribution éditoriale à l’intégration des migrants. Délicate et parfois controversée, la question a pris une nouvelle signification ces dernières années avec l’accroissement de la mobilité.

Un pays d’immigration

Longtemps terre d’émigration – tout au long du XIXe siècle, nombreux sont ceux qui ont quitté les vallées alpines du Tessin, du Valais et des Grisons pour partir vers l’Amérique -, la Suisse est devenue au cours du XXe siècle un pays d’immigration.

Sa situation géographique au cœur de l’Europe et un fort besoin en main-d’œuvre, par exemple lors de la construction des lignes ferroviaires du Simplon et du Gothard, ont drainé en Suisse un grand nombre de migrants.

Et cet afflux se poursuit au 3e millénaire. La diversification de l’origine des étrangers et des raisons qui les poussent à quitter leur pays, qu’elles soient d’ordre économique, social ou politique, a contribué à l’enrichissement culturel de la Suisse. Mais ces mouvements de population ont aussi généré des problèmes d’intégration.

Tout sur l’intégration

Dans un rapport datant de 2007, le Conseil fédéral (gouvernement) note pour sa part que «considérant l’importante proportion d’étrangers par rapport à la population résidente, on peut affirmer que, somme toute, l’intégration des étrangers est réussie». Malgré tout, plusieurs polémiques récentes, par exemple celle sur la diffusion de l’islam, la criminalité des jeunes étrangers ou l’affiche des moutons noirs de l’UDC (Union démocratique du centre, droite nationaliste), montrent que la cohabitation multiethnique comporte de nombreux défis.

D’un côté, «certains migrants semblent ne pas vouloir accepter ni les lois en vigueur ni les us et coutumes du pays, souligne SRG SSR idée suisse dans une brochure publiée à l’occasion, mais de l’autre, notre société a de la peine à accepter l’autre en tant que personne de culture et d’éthique différentes».

A l’occasion de la semaine de l’intégration, les chaînes de radio et de télévision et les portails multimédia du diffuseur national ont l’intention d’explorer les diverses facettes de la réalité multiculturelle de la Suisse. Elles le feront à travers des articles de fond, des analyses, des reportages et des débats.

Les autres et leur histoire

Sensible au thème de la migration et de l’intégration, swissinfo proposera quotidiennement des articles sur les rapports entre les étrangers et les Suisses dans le monde du travail, de l’école, des loisirs, et en général dans la vie de tous les jours.

Les modalités selon lesquelles les étrangers sont intégrés dans le tissu socio-économique helvétique, ainsi que les répercussions de la politique migratoire sur la réputation et l’image de la Confédération à l’étranger, sont en effet des éléments centraux du mandat international de swissinfo.

Chacune des neuf rédactions de swissinfo est donc allée à la rencontre des diverses communautés du pays, esquissant un tableau varié et surprenant de l’intégration en Suisse. Le résultat est à découvrir tout au long de la semaine sur swissinfo.ch.

Luigi Jorio, swissinfo, 06/04/2008

About Rédaction

Check Also

Théologiennes féministes de l’islam

Depuis une vingtaine d’années, des bouleversements remarquables ont lieu dans le champ de la théologie …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.