mercredi , 26 juin 2019
Home / Sooreh Hera : La provocation calculée d’une mystérieuse iranienne

Sooreh Hera : La provocation calculée d’une mystérieuse iranienne

(iran.resisit.org)– Un musée hollandais expose « Allah o gaybar », une série de photos d’homosexuels portant des masques à l’effigie du prophète ou de son gendre Ali laissant entendre l’existence d’une relation homosexuelle entre les deux grandes figures de l’islam. Nous défendons le droit des artistes à la libre expression, cependant nous avons des doutes à émettre contre l’artiste qui se dit d’origine iranienne.

En réalité le problème provient du discours que tient cette artiste devant les caméras des journalistes l’interrogeant sur ses motivations. Sooreh Hera explique que le prophète Mahomet était pédophile et cherche à créer une confusion entre l’homosexualité et la pédophilie. Logiquement le choix du thème de l’homosexualité paraît inapproprié, mais il y a une claire volonté de choquer chez Sooreh Hera dont le pseudonyme est lié à la personne du prophète.

Sooreh Hera n’est pas un nom iranien ou persan. Le pseudo a été conçu pour interpeller des personnes parlant arabe puisque Sooreh signifie sourate et Hera est le mont où Dieu inspirait les sourates du Coran au Prophète (Hera Mount). L’œuvre de S.H adresse un message très polémique aux arabo-musulmans et aux prédicateurs les plus rigoristes qui prêchent en arabe. La puissance de cette polémique échappe totalement aux naïfs hollandais qui souhaitent exposer l’artiste au nom de la liberté d’expression. Sooreh Hera est un produit du net : si vous êtes musulmans et cherchez à vous informer sur google sur le mont Hera et le Prophète, il y a des risques que vous tombiez nez à nez avec des images peu eucuméniques réalisées par cette artiste au pseudo bien rusé.

L’œuvre de Sooreh Hera nous paraît très suspecte comme son pseudo et sa personne car elle fréquente aussi Ehsan Jami, un drôle de coco iranien installé aux Pays-bas. Ehsan Jami a infiltré le mouvement des musulmans apostats afin de dévier l’association de son travail d’introspection vers la concentration des attaques contre Mahomet avec cette fixation sur la pédophilie. Ce Jami est également conseillé par un soi-disant journaliste iranien qui comme par hasard circule avec un passeport du régime des mollahs. Tout ceci est réellement suspect.

L’autre point important est le choix du thème de l’homosexualité par cette mystérieuse Sooreh Hera. La communauté gay qui est très réactive à ce qui se passe en Iran a été facilement instrumentalisée pour aider la diffusion de cette polémique qui ne peut en aucun cas servir son juste combat d’interdire la pénalisation de l’homosexualité dans les pays musulmans.

Dans les années 1980, l’ambassade des mollahs à Paris avait mis sur pied un journal (d’opposition aux mollahs en langue iranienne) qui n’était rempli que d’anecdotes très crues sur la vie sexuelle du prophète et des autres figures religieuses [1]. L’objectif de cette publication était de donner une image d’intolérance agressive et vulgaire de l’opposition laïque.

On retrouve ce même procédé chez Ehsan Jami. Il ne faut pas confondre cet esprit de polémique vulgaire avec l’œuvre inattendue et poétique de Van Gogh qui lui a coûté la vie. Dans cette œuvre, il était question de la souffrance infligée à la femme musulmane de nos jours au XXIe siècle et non il y a 14 siècles où en l’absence du principe même des droits de l’homme (sauf en Iran), dès qu’une fille montrait des signes de puberté, elle était fichée comme femme et devenait mariable. La focalisation sur ce point de la vie du prophète ne peut que créer des tensions facilement exploitables par des activistes islamistes comme les mollahs et de plus elle n’aidera pas à combattre les lois qui autorisent encore de nos jours le mariage entre adultes et fillettes musulmanes.

L’œuvre de Sooreh Hera est conçue pour se diffuser rapidement sur le net, être facilement trouvable avec deux mots-clefs de l’Islam afin de créer des tensions, et en plus l’artiste n’hésite pas à confondre délibérément l’homosexualité et la pédophilie. Ne trouvez-vous pas un peu curieux ce manque de respect envers les gays ?

[ratings]

About Rédaction

Check Also

Belgique: L’Institut de promotion des formations sur l’islam peut débuter ses travaux

(Metro Blegique 31/08/17)La composition du Comité de direction de l’Institut de promotion des formations sur …

One comment

  1. Cessez d appeler le prophete « Mahomet », on n est plus au Moyen Age. Vous etes incapable d ecrire Muhammad comme tout le monde ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.