vendredi , 21 juillet 2017
Home / La première clinique musulmane de Russie ouvre à Moscou

La première clinique musulmane de Russie ouvre à Moscou

premiere-clinique-musulmane-de-russie-ouvre-moscou.MOSCOU (AFP) – La première clinique musulmane a ouvert ses portes à Moscou, saluée par les responsables religieux comme un signe de plus grand respect de l’islam dans un pays qui compte 20 millions de musulmans.

Lors de la cérémonie d’inauguration début décembre, le grand mufti de Russie, Ravil Gainoutdine, a qualifié d »événement historique » l’ouverture de cette clinique, installée dans un bâtiment moderne, aux murs ornés d’inscriptions coraniques, dans le sud-est de la capitale russe.

« La communauté internationale peut désormais voir que dans la Russie multiethnique et multiconfessionnelle, chaque citoyen a le droit aux soins médicaux », a déclaré le grand mufti.

La clinique, qui compte une cinquantaine de médecins et infirmières, occupe le premier étage d’un centre médical privé. L’établissement offre aux patients une salle de prières, une salle d’ablution et un bar où on sert des repas halal.

L’examen des femmes est effectué par des infirmières et des femmes médecins, portant foulard islamique de couleur blanche, tuniques larges et pantalons, en présence des maris ou d’autres femmes. Les hommes sont traités par des hommes médecins dans une section à part.

« Ce qui est important ici, c’est l’atmosphère », dit un médecin syrien, Kadyr Makhmoud, installé en Russie depuis deux ans.

« Les femmes sont habillées d’une manière modeste, il y a un endroit pour les prières, c’est important pour les Musulmans », ajoute-il, assurant que « la communauté musulmane en avait besoin ».

Un million des 20 millions de Musulmans vivant actuellement en Russie habitent à Moscou.

La clinique espère surtout attirer les diplomates du Proche-Orient et des pays du Golfe qui travaillent en Russie, mais préfèrent aujourd’hui se faire traiter dans leurs pays d’origine. Le grand mufti de Russie a appelé les diplomates à « envoyer leurs femmes » à la clinique.

Le prix moyen d’une visite médicale y est de 800 roubles (22 euros), ce qui reste très abordable pour un Moscovite moyen, notamment par rapport aux centres médicaux privés occidentaux.

La clinique a été ouverte avec le soutien de la ville de Moscou et du ministère de la Santé, dans le cadre d’une politique de conciliation avec la communauté musulmane après des années de relations tumultueuses, dans un pays majoritairement orthodoxe marqué par un renouveau de l’islam après la chute de l’URSS en 1991.

Le président Vladimir Poutine a déclaré en novembre, lors d’une rencontre avec les responsables musulmans du pays, que « les Musulmans jouaient aujourd’hui un rôle positif en Russie ».

Cette nouvelle tonalité politique contraste avec le sentiment anti-musulman engendré entre autres par la guerre en Tchétchénie, où les rebelles islamistes sont encore actifs malgré la fin officielle du conflit.

Selon Viktor Kissine, chef de la chaîne de cliniques « Prix Qualité » qui héberge la clinique musulmane, des établissements similaires pourraient s’ouvrir dans d’autres villes comme Oufa, capitale du Bachkortostan (Oural) ou Kazan, au Tatarstan (Volga), des républiques russes à large majorité musulmane.

Selon Arslan Sadrïev, membre du Conseil des muftis, les hôpitaux du Caucase russe, là aussi à la population majoritairement musulmane, ne se différencient en rien du reste du secteur hospitalier russe.

« Nous espérons que le gouvernement considèrera cette clinique comme une expérience réussie et l’utilisera comme un exemple », conclut-il.

[ratings]

About Rédaction

Check Also

Trump: le Qatar doit arrêter « immédiatement » de financer le « terrorisme »

Washington – Le président américain a exhorté vendredi le Qatar à arrêter de financer « immédiatement …

2 comments

  1. Ah le beau cadeau empoisonné !

    En Algérie aussi, de 1830 à 1962, la France respectait les traditions algériennes. Les musulmanes avaient leur statut personnel bien particulier (un code de l’indigénat qu’on nomme aujourd’hui code de l’infamie). La France respectait la charia et tout le monde croyait que c’était un beau cadeau qu’on faisait aux musulmanes et à leur progénitures.

    Il ne faut surtout pas bousculer ces pauvres petits musulmans. Dès que leurs femmes sont auscultées par un médecin mâles, ils se font du cinéma. Ils ont toujours eu une haute idées de la déontologie médicale.

    Faisons donc plaisir aux musulmans pour que leur ségrégation hommes-femmes s’installe au coeur de Moscou et, incha Allah, demain à Paris, Londres et partout ailleurs. Leurs femmes n’étant pas libérées, la descendance musulmane restera toujours complexée dans son arriération et pourra continuer à mijoter dans sa mentalité du Moyen-âge.

    Il n’y a pas meilleur moyen de flatter le musulman que continuer à lui rappeler la célebre sourate du coran (3,110) :

    [b]
    كنتم خير أمة أخرجت للناس
    [/b]

    Même si c’est en arabe claire les musulmans ne se rendent même pas compte que le verbe est au passé, totalement dépassé

  2. dear sir
    hello

    would by this lettre describe you my health satiation
    after i hove been taken an blood sond
    guess taken virus with
    my health become bad day to day
    doctor here cnsulting my case told about viral illness
    certainly can never take long repot & rest
    feel not good and time to time must take song of blood
    hope give me hand of help to personife my health and get in good stabilisation
    thanks

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.