lundi , 20 août 2018
Home / Benoît XVI renonce à se rendre à La Sapienza

Benoît XVI renonce à se rendre à La Sapienza

pape-universite.jpgROME (Reuters) – Benoît XVI a annulé la visite qu’il devait effectuer jeudi à la prestigieuse université de La Sapienza à Rome à la suite de manifestations d’étudiants et d’enseignants contre la venue du pape.

Après avoir résisté aux appels visant à annuler sa venue, le Vatican a annoncé mardi que le chef de l’Église catholique avait décidé de reporter sa visite.

Le pape bavarois devait prendre la parole à l’occasion de l’inauguration de l’année universitaire 2008, dont le thème est la peine de mort, que le Vatican comme l’Italie combattent à travers le monde.

Selon le Saint-Siège, Benoît XVI fournira tout de même le texte du discours qu’il avait projeté de lire.

« Je suis très déçu. On peut ne pas partager toutes les idées du pape et le laisser tout de même s’exprimer », a déclaré à la presse le ministre des Universités, Fabio Mussi.

Les manifestants ont occupé les bureaux du chancelier de l’université pour exiger le droit de manifester dans l’enceinte de l’établissement lors de la venue de Benoît XVI. « Le pape prend La Sapienza en otage. Libérez les penseurs! », proclamait une banderole.

La controverse n’a cessé de s’étendre depuis une pétition de 67 professeurs de l’université Rome I – sur 5.000 – présentant le pape comme un théologien rétrograde qui place la religion au-dessus de la science et ne devrait donc pas être autorisé à prendre la parole dans un temple de la pensée laïque.

La protestation de certains enseignants et étudiants s’appuie sur un discours prononcé en 1990 par celui qui n’était encore que le cardinal Joseph Ratzinger. Ce discours, affirment-ils, démontre que le futur pape soutenait le procès en hérésie intenté en 1633 contre Galilée pour avoir osé affirmer que la Terre tourne autour du Soleil.

CENSURE OU DÉFENSE DE LA LAÏCITÉ ?

Ils dénoncent la venue du pape dont les analyses, disent-il, « nous offensent et nous humilient ».

Pour ses partisans, le pape n’a fait que reprendre un philosophe autrichien qui avait jugé que le procès de Galilée était « rationnel et juste », sans apporter sa caution intellectuelle à ce jugement.

« Il a exprimé une position différente, prenant ses distances vis-à-vis de cette doctrine qu’il n’a pas absolument faite sienne », écrit le quotidien conservateur Il Giornale, qui a publié un extrait de ce discours.

La polémique a rebondi sur le thème de la laïcité: un groupe d’étudiants a proclamé une « semaine anticléricale » dans l’enceinte de La Sapienza.

« Je pense que la visite du pape n’est pas une bonne chose car la science n’a pas besoin de la religion. L’université est ouverte à toute forme de pensée, la religion ne l’est pas », a déclaré Andrea Sterbini, professeur d’informatique et signataire de la pétition.

Mais l’affaire a également permis au pape de trouver des soutiens inattendus, comme celui du prix Nobel de littérature 1997, le dramaturge Dario Fo, qui n’a jamais épargné ses critiques contre l’Église mais défend le droit de Benoît XVI à s’exprimer.

« Je suis contre toute forme de censure parce que le droit à l’expression est quelque chose de sacré », a-t-il dit au quotidien La Repubblica.

D’autres, champions de la laïcité, ont saisi l’occasion pour se plaindre de l’influence que conserve à leur grande fureur l’Église catholique dans la société italienne.

L’une des plus grandes universités du monde, La Sapienza, fondée en 1303 par le pape Boniface VIII, rassemble aujourd’hui une vingtaine de facultés et compte 150.000 étudiants.

[ratings]

About Rédaction

Check Also

Le recul de l’islam radical plus prioritaire que l’emploi pour les Français (sondage)

(Europe1 02/07/2017) D’après le baromètre de la transformation publié dimanche par le « JDD », le recul …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.